Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Jacques Derrida

Publié par Fawzi Demmane sur 8 Avril 2009, 19:22pm

Catégories : #Ils sont nés en Algérie






1930
: Naissance de Jacques Derrida, le 15 juillet, à El-Biar (Alger, dans une maison de vacances).

1934 : La famille quitte la rue Saint-Augustin pour El-Biar. Achat d'une villa grâce à un prêt qui ne sera remboursé qu'à la veille du départ pour la France, en juillet 1962, au moment de l'indépendance de l'Algérie.


1935-1941 : Ecoles maternelle et primaire à El-Biar. En 40-41, " pétainisation " intense à l'école dans une Algérie qui n'a jamais été occupée et n'a jamais vu un soldat allemand. L'article 2 du Statut des Juifs du 3 octobre 1940 excluait les Juifs de l'enseignement et de la justice.

1941 : Jacques Derrida entre en sixième au lycée de Ben Aknoun, près d'El-Biar.

1942 : Le jour de la rentrée scolaire, Derrida est exclu du lycée et renvoyé chez lui. Déchaînement de l'antisémitisme désormais autorisé, violences physiques et verbales, y compris chez les enfants. Derrida est inscrit, jusqu'au printemps 1943, au lycée Emile-Maupas (nom d'une rue dans laquelle, derrière la cathédrale d'Alger, les enseignants juifs expulsés de la fonction publique avaient reconstitué un enseignement. C'est sans doute dans ces années que s'imprime le caractère singulier de l'appartenance de Jacques Derrida au judaïsme : blessure, certes, sensibilité douloureuse et exercée à l'antisémitisme comme à tout racisme, réponse d'un " écorché " à la xénophobie, mais aussi l'impatience devant l'identification grégaire, devant le militantisme de l'appartenance en général juive.


1943- 47 : Retour au lycée de Ben Aknoun. Scolarité désordonnée , chahuteuse et sportive. La course à pied, toutes sortes de compétitions y occupent une place prépondérante. Derrida rêve de devenir footballeur professionnel. Etudes inégales. Echec au bac en juin 1947. En même temps, malaise, inadaptation, retraite, " journal intime ", lectures intenses (Rousseau, Gide, Nietzsche, Camus).


1947- 48 : Classe de philosophie au lycée Gauthier à Alger (lectures marquantes de Bergson et de Sartre).


1948- 49 : L'orientation vers la philosophie se précise. Lecture " impressionée " de Kierkegaard et de Heidegger.

1949- 50 : premier voyage en " métropole " vers Marseille. Interne à Louis-Le-Grand. Derrida se rappelle des lectures intenses de Simone Weil, des " existentialistes ", les dissertations qualifiées de " plotiniennes " par Etienne Borne malgré la scolastique obligée de l'époque (Sartre, Marcel, Marleau-Ponty). Echec à l'école normale supérieure.

1950- 51 : Toujours en Khâgne à Louis-Le-Grand. Conditions de vie difficiles. Santé fragile. Rentre à El-Biar pour 3 mois.

1951- 52 : Troisième année de Khâgne à Louis-Le-Grand où il aura rencontré certains de ceux qui restèrent pour la plupart ses amis, qu'il les ait ensuite retrouvés ou non à l'Ecole normale supérieure où il entre à la fin de l'année (entre autres, L.Bianco, P.Bourdieu, M.Deguy, G.Granel, P.Nora, L.Marin, M.Serres).

1952 - 53 : Ecole normale supérieure. Y fait dès le premier jour la connaissance d'Althusser (né lui aussi à Alger) dont il devient l'ami et sera plus tard, près de 20 ans, le collègue. Début d'un cursus normal, après quelques nouveaux échecs.

1953 - 54 : Voyage à Louvain (Archives-Husserl). Ecrit " Le problème de la genèse dans la philosophie de Husserl " (mémoire d'études supérieures) publié en 1990 aux Presses Universitaires de France. Se lie d'amitié avec Foucault dont il suit les cours.

1956 - 57 : Reçu à l'agrégation, reçoit une bourse de " special auditor " à l'université de Harvard, à Cambridge. Lit Joyce. En juin 1957, à Boston, mariage avec Marguerite Aucouturier (ils auront deux fils, Pierre, né 1963 et Jean, né en 1967).

1957- 59 : Service militaire en pleine guerre d'Algérie. Demande à être affecté à un poste d'enseignant dans une école d'enfants de troupe (Koléa, près d'Alger). Pendant plus de deux ans, soldat de deuxième classe en vêtement civil, il enseigne le français et l'anglais à de jeunes Algériens ou Français d'Algérie. Vit avec Marguerite et ses amis Bianco dans une villa de Koléa, enseigne dans une école privée et traduit des articles de presse. Voit souvent Bourdieu à Alger. Derrida a toujours condamné la politique coloniale de la France en Algérie mais a espéré, jusqu'au dernier moment, en 1962, qu'une forme d'indépendance serait inventée qui rendrait possible la cohabitation avec les Français d'Algérie. Il a même fait pression sur ses parents pour qu'ils ne quittent pas l'Algérie en 1962. Derrida parle souvent de sa " Nostalgérie ".

1959-1960 : Première conférence, retour en France, premier enseignement, au Lycée du Mans, en hypokhâgne, avec son ami Genette (rencontré rue d'Ulm). Premier voyage à Prague dans la famille de Marguerite.

1960-1964 : Enseigne à la Sorbonne (" philosophie générale et logique " : assistant de S. Bachelard, G. Canguilhem, P ; Ricoeur, J. Wahl). Second voyage à Prague. Indépendance de l'Algérie : toute la famille se réinstalle à Nice. Première conférence au Collège de Philosophie (sur Foucault et en sa présence). Premières publications dans Critique et dans Tel quel. Rencontre Philippe Sollers. Prix Jean-Cavaillès (prix d'épistémologie moderne) pour l'Introduction pour l'Origine de la géométrie. Admis au CNRS dont il démissionne aussitôt pour enseigner à l'ENS où il est invité par Hyppolite et Althusser. Il y restera, avec le titre de maître-assistant, jusqu'en 1984. En 1968, Bernard Pautrat y deviendra son autre collègue.


1966
: A l'invitation de René Girard, participe à Baltimore (université Johns Hopkins) à un grand colloque devenu célèbre depuis lors - et qui marqua le début d'une intensification spectaculaire dans l'accueil fait à certains philosophes ou théoriciens français aux Etats-Unis. Derrida y rencontre Paul de Man et Jacques Lacan, y retrouve Bartjes, Hyppolite, Vernant, Goldman.

1967 : Conférence à la Société française de philosophie (La différance). Entre au conseil de rédaction de Critique, dont il démissionne discrètement en 1973. Publie ses trois premiers livres.

1968 : Derrida semble plutôt en retrait, voire réservé sur certains aspects du mouvement mai 68, bien qu'il participe aux défilés et organise la première assemblée générale à l'ENS. Rencontres fréquentes, au cours de ces semaines, avec Maurice Blanchot. En juillet 68, début d'une série de séminaires à l'université de Berlin (à l'invitation de Peter Szondi). A partir de 68, Derrida voyage de plus en plus, en Europe et hors d'Europe.

1971 : Premier retour en Algérie depuis 62. Revoit le " jardin ". Conférences et enseignement à l'université d'Alger. Conférence au Congrès des sociétés de philosophie française à Montréal (" Signature, événement, contexte ").

1972 : Colloque " Nietzsche " à Cerisy (avec Deleuze, Klossowski, Kofman, Lacoue-Labarthe, Lyotard, Nancy, Pautrat, etc.). Trois nouveaux livres, numéros spéciaux des Lettres françaises et du Monde. Rupture définitive avec Sollers et Tel quel.

1974 : Inaugure la collection " la philosophie en effet " avec S. Kofman, Ph. Lacoue-Labarthe et J.-L. Nancy aux éditions Galilée récemment fondées par Michel Delorme qui l'accueillera de nouveau après un passage chez Aubier-Flammarion. Rédige l'Avant-projet pour la fondation du Groupe de recherches sur l'enseignement philosophique (Greph) et fonde ce groupe avec des amis, collègues et étudiants, l'année suivante.


1975
: Participe à la Décade de Cerisy sur Ponge qu'il avait rencontré chez ses amis Yves et Paule Thévenin depuis 1965. Après avoir été surtout lié à l'université Johns Hopkins, commence à enseigner quelques semaines par an à Yale, auprès de Paul de Man et Hillis Miller. Début de ce qu'on a appelé un peu abusivement l'Ecole de Yale (H. Bloom, P. de Man, J. Derrida, G. Hartmann, J. H. Miller), des débats et des guerres autour de l' " invasion " de la " deconstruction in America ".

1979 : Prend l'initiative, avec d'autres, des Etats généraux de la Philosophie qui se tiennent à la Sorbonne (Cf. Du droit à la philosophie). Premier voyage en Afrique noire pour la conférence de Contonou.



1980
: Soutenance d'une thèse d'Etat à la Sorbonne. Ouverture du Congrès de philosophie de langue française à Strasbourg. Décade de Cerisy " A partir du travail de J. Derrida " et organisée par Lacoue-Labarthe et Nancy, sans doute les philosophes français les plus proches de Derrida par la pensée et l'amitié depuis plus de 20 ans (Cf. Les Fins de l'homme).

1981 : Avec Vernant et quelques amis, fonde l'Association Jan-Hus (aide aux intellectuels tchèques dissidents ou persécutés) dont il est, depuis lors, le vice-président. La même année, se rend à Prague pour y animer un séminaire clandestin. Suivi pendant plusieurs jours, interpellé à la fin du séminaire, finalement arrêté à l'aéroport et, après une opération de police sur sa valise où l'on feint de découvrir une poudre brune, emprisonné sous l'inculpation de " production et trafic de drogue "). Campagne de signatures pour sa libération. Libéré de Thécoslovaquie après l'intervention de François Mitterand et du gouvernement français.

1982 : Joue avec Pascale Ogier dans le film de Ken McMullen, Ghost Dance. Chargé par J. P. Chevènement de coordonner une mission (composée de F. Châtelet, J. P. Faye et D. Lecourt) en vue de la fondation du Collège international de philosophie. Premiers voyages au Japon et au Mexique. Premier d'une série de voyages au Maroc, à l'invitation de son ami Abdelkebir Khatibi. Séminaire régulier à San Sebastian. Nommé A. D. White Professor at large à Cornell University.

1983 : Fondation du Collège international de philosophie dont Derrida est le premier directeur élu. Participe à l'organisation de l'exposition " Art contre Apartheid ", et aux initiatives en vue de créer la Fondation culturelle contre l'apartheid (dont Derrida fait partie du conseil de tutelle) et au comité d'écrivains Pour Nelson Mandela. Elu à l'école des hautes études en sciences sociales (direction d'études : Les institutions philosophiques). Mort de Paul de Man (sur l' " affaire de Man " qui éclate en 1987, en même temps que l' " affaire Heidegger ", voir Mémoires - pour Paul de Man et De l'esprit).

1984 : Second voyage au Japon. Francfort : conférence dans le séminaire d'Habermas et conférence d'ouverture du colloque Joyce à Francfort (Ulysse Gramophone).

1985 : Premier voyage en Amérique latine (Montevideo, Buenos Aires ; deuxième rencontre avec Borges ; la première avait eu lieu dans un avion entre Ithaca et New York).

1986 : A l'invitation de Bernard Tschumi, commence à travailler avec l'architecte américain Peter Eisenman à un projet pour le parc de la Villette (Choral Work). Cette collaboration donnera lieu à de nombreuses rencontres et publications dans le milieu des recherches architecturales. Collabore à un film sur Caryl Chessman (avec J. Ch. Rosé).

1987 : " Joue " dans l'œuvre du vidéo-artiste Gary Hill, Disturbance (voir " Videor "). Lit Feu la Cendre avec Carole Bouquet pour " La Bibliothèque des voix " (Des femmes).

1988 : Troisième voyage à Jérusalem. Rencontre avec des intellectuels palestiniens et territoires occupés (Interpretations at war, 1990). Troisième chute de Georgette Derrida, depuis lors hospitalisée à domicile.

1989 : Discours d'ouverture du grand colloque organisé par Cardozo School of Law à New York) sur Deconstruction and the possibility of justice. Ce colloque marque une scansion importante dans le développement rapide des recherches " déconstructrices " en philosophie ou en théorie du droit (Critical legal studies) aux Etats-Unis. Coprésident, avec J. Bouveresse, de la Commission de réflexion pour l'épistémologie et la philosophie.

2004  :  Jacques Derrida meurt le 9 octobre 2004 à l'âge de 74 ans.


Commenter cet article

Blog archives

We are social!

Recent posts