Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Comment lire un programme scolaire (2).

Publié par Fawzi Demmane sur 11 Avril 2009, 12:39pm

Catégories : #Salle des Profs.


Améliorer ses pratiques de classe

 

Objectif de l’exposé :


Permettre au PCEF Stagiaire d’améliorer ses pratiques de classe en

 

- s’appropriant les notions clés d’un programme;

- identifiant les paramètres présidant à l’élaboration d’un programme;



Suite...



Les objectifs d’apprentissage

ØPour pouvoir apprendre aux élèves une compétence ou un niveau de  compétence, il faut traduire ce niveau de compétence en OBJECTFS D’APPRENTISSAGE

Comment peut-on faire apprendre et évaluer les compétences suivantes:

1- savoir produire à l’oral et à l’écrit une texte narratif,

2- savoir produire à l’oral et à l’écrit une texte descriptif,

3- savoir produire à l’oral et à l’écrit une texte explicatif,

4- savoir produire à l’oral et à l’écrit une texte argumentatif ?

 

En les spécifiant sous forme de niveaux ou de paliers

savoir produire à l’oral et à l’écrit une texte narratif,

 

Niveau 1: je rédige la S.I

Niveau 2: je rédige les événements

Niveau 3: je rédige la S.F

 

EXEMPLE 2

   savoir produire à l’oral et à l’écrit une texte argumentatif

 

Niveau 1: je rédige la thèse

Niveau 2: je rédige les arguments et les exemples

Niveau 3: je rédige la conclusion

 

 

Ces niveaux de compétence sont certes plus précis que les OII, mais comment les rendre plus précis ? Comment les traduire en O.d’apprentissage, c’est-à-dire pédagogiquement faisables avec les élèves?

EXEMPLE

Niveau 1: je rédige la S.I. d’un conte

 

À l’issue de la séquence, l’élève sera capable à l’oral et à l’écrit de produire une S.I. en

-y utilisant une formule d’ouverture,

-Y choisissant un personnage;

-En y  choisissant un lieu,

-En y signalant la situation du personnage qui va mobiliser son action,

-En y utilisant l’imparfait et le plus-que-parfait.

 

 

OBJECTIFS D’APPRENTISSAGE

ØCes objectifs d’apprentissage permettent d’identifier des actions pédagogiques précises, adaptées à un niveau déterminé. C’est un instrument fonctionnel intégré dans la logique de mise en place de séquences.

 

La spécification des objectifs d'apprentissage

     Pour définir des objectifs d'apprentissage opérationnels, le résultat visé doit exprimer concrètement  l'acquis d'apprentissage planifié. Celui-ci doit indiquer:

Øle comportement final désiré, qui pourra être observé,

Øles conditions les plus importantes, sous lesquelles ce comportement se montrera,

Øla mesure de son évaluation,

Øle comportement demandé en utilisant des verbes, qui expriment de façon non ambiguë, quelle classe d'objectifs d'apprentissage est visée. 

 

 

ØAu début d'un cours, ces objectifs d'apprentissage sont à communiquer aux apprenants. Les contenus d'apprentissage qui en résultent sont les matières préparées de façon didactique, qui vont permettre d'atteindre les objectifs prédéfinis.

L'opérationnalisation des objectifs d'apprentissage

   L'opérationnalisation des objectifs implique:

Øune description précise du comportement désiré 

Øune indication des conditions sous lesquelles ce comportement sera évalué

Øles indices quantifiables indiquant que le comportement désiré est atteint

 

Définir les objectifs pédagogiques permet essentiellement :

Øde construire les référentiels de formation et les référentiels d'évaluation avec une double préoccupation :
– relier la formation aux situations professionnelles, sociales ou culturelles et aux compétences qui sont visées par la formation et, le cas échéant, le diplôme correspondant (compte tenu du référentiel professionnel de la formation ou du diplôme) ;
– choisir convenablement les méthodes et activités d'apprentissage qui seront proposées aux apprenants. La formation n'a pas alors pour seul objet la transmission de connaissances : elle doit permettre des changements de comportements.

 

 

Ød'évaluer de façon pertinente les résultats de la formation ; le but étant fixé en termes de comportements observables et de performances attendues, l'évaluation portera précisément et sans surprise sur le comportement attendu

 

Øde rendre explicites les buts de la formation pour tous les partenaires :
– pour l'apprenant qui peut ainsi choisir une formation en connaissance de ses buts et peut évaluer sa progression et adapter ses activités d'apprentissage dans le cadre pédagogique qui lui est proposé ;
– pour le ou les commanditaires de la formation qui peuvent négocier précisément avec les formateurs les résultats visés ;
– pour les formateurs, au sein d'une équipe de formation, afin de communiquer entre eux sur les processus, les modalités et les ressources éducatives qu'ils utilisent.

 

ØPlus largement, en définissant les objectifs pédagogiques :
– on conçoit la formation en adéquation avec les compétences, les situations et les activités professionnelles visées. On définit alors des capacités qui peuvent être évaluées, attestées, certifiées.
– on se dote d'outils pour concevoir et mettre en œuvre la formation. Il ne faut toutefois pas confondre l'évaluation (définie par les objectifs) et la formation guidée par les objectifs, mais aussi par des stratégies pédagogiques découlant de l'analyse des publics visés.

 

 

Comment faire ?
Pour être opérationnel, un objectif pédagogique doit être formulé de façon rigoureuse comme suit :

être capable de + verbe d'action et objet

Les objectifs pédagogiques opérationnels (OPO)

 

ØEtre capable de
En débutant tout objectif par cette formule, on s'assure que l'énoncé de l'objectif est bien cohérent avec la logique de construction des objectifs citée précédemment.

Verbe d'action et objet

ØIl s'agit de déterminer une performance, présentée sous la forme d'un comportement observable, qui sera mise en œuvre dans le cadre d'une situation d'évaluation. Le choix du verbe n'est pas chose facile : il définit la nature de la performance et très souvent le niveau de maîtrise d'un concept, d'un savoir-faire ou d'une démarche. Des classifications d'objectifs (ou taxonomies) permettent de guider les formateurs dans ce choix et sont établies pour les différents types d'objectifs : domaine cognitif (savoirs), objectifs de maîtrise, de transfert et d'expression…

 

EXEMPLES

Ns avons les contenus suivants:

- Texte argumentatif

-Les rapports logiques

 

     Comment les rendre précis, faisable, évaluable, pour les insérer dans une opération d’enseignement apprentissage ?

En les formulant sous formes d’objectifs d’apprentissage opérationnels:

   À l’issue de cette séance, l’élève sera capable d’identifier la structure du texte argumentatif en y repérant la thèse défendue , les arguments et les exemples et la conclusion.

 

ØÀ l’issue de cette séance, l’élève sera capable d’utiliser à bon escient les rapports de cause et de conséquence à l’oral et à l’écrit.

Analysons cette formulation.

ØÀ l’issue de cette séance, l’élève sera capable d’utiliser à bon escient les rapports de cause et de conséquence à l’oral et à l’écrit.

 

À retenir

 

ØLa compétence est une chose virtuelle. Pour en faire un objet d’enseignement apprentissage il faut la spécifier en la traduisant en objectifs d’apprentissage.

 

ØC’est par sa spécification  en objectifs qu’elle pourra être acquise par les élèves.

 

Les programmes scolaires présentent les compétences sous formes de trois aspects :

 

1-Les compétences communicationnelles

 

    Ces compétences consistent en savoirs, savoir–faire et savoir-être en situation. On attend de l’élève qu’il développe, grâce aux apprentissages linguistiques, ses compétences communicationnelles, c’est-à-dire qu’il sache s’adapter aux situations de communication plus complexes et plus diversifiées.

   

TABLEAU DES COMPETENCES 

2- Compétences textuelles 

Ø Les programmes du collège proposent une pratique de la langue à travers différents types de textes. Au cours des quatre années de collège, narration, description, explication et argumentation s’équilibreront dans des pratiques décloisonnées qui intégreront souplement activités d’oral, de lecture, en les articulant.

 

ØEn 1ère année, la narration occupe une place prépondérante. Mais les autres pratiques discursives (description, explication, argumentation, injonction, etc...) ont toute leur place, chaque année, dans l’étude du français.

 

ØEn 2ème année, une grande place est accordée à la description, sous toutes ses formes et dans la diversité des textes (description objective, description subjective, description au service de la narration, de l’explication (dans un texte documentaire), de l’argumentation …)

 

 

ØEn 3ème année, la prépondérance sera donnée à l’explication, et en 4ème année à l’argumentation.

 

ØAinsi, au cours des quatre années de l’enseignement moyen, les types de texte les plus divers seront étudiés, mais la priorité ne sera pas la même suivant le niveau.

 

 3-  Les compétences linguistiques 

 

ØElles concernent le travail sur la langue. Il s’agit ici de réactiver et d’enrichir ses connaissances sur la langue.

 

ØL’enseignement moyen permet d’installer et d’enrichir la notion de texte. Les apprenants  sont confrontés, dans le cycle moyen, au texte considéré comme une superstructure  dans laquelle l’exploitation des marques intertextuelles explicitées leur permettent d’intégrer ce texte dans la classification opérée  par une typologie  et d’inférer alors une visée textuelle.

 

Conclusion

 

ØParler de compétence en milieu scolaire, c’est donc mettre l’accent sur le développement personnel et social de l’élève, c’est-à-dire sur le nécessaire lien à créer entre les apprentissages acquis à l’école et les contextes d’utilisation hors de la classe.

 

ØDe ce fait, la mise en place d’un nouveau contrat didactique, la pratique d’une évaluation formative et l’ouverture aux autres disciplines s’impose. C’est donc dans la perspective d’une appropriation à la fois durable et significative des connaissances que se fait l’entrée dans les programmes par les compétences.

 

ØParler de compétence en milieu scolaire, c’est aussi passer d’une stratégie d’enseignement à une stratégie d’enseignement  apprentissage où l’élève est un véritable acteur et constructeur de ses savoirs et savoir-faire

 

ØParler de compétence en milieu scolaire, c’est enfin lutter contre l’échec et le décrochage scolaires: 200000 élèves ont décroché de l’école durant l’année scolaire 2007/2008

 



Bibliographie

 

1- XAVIER ROEGIERS

2- Précis de pédagogie

3- Programmes scolaires,

4- Documents NET

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents