Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Brevet d'Enseignement Moyen (10)

Publié par Fawzi Demmane sur 21 Mai 2009, 14:54pm

Catégories : #Salle des Profs.


Corrigé de l’épreuve n°1

Compréhension de l’écrit

1- C’est un journaliste qui parle dans cette phrase.

2- Gas Miyan est une des victimes d’une catastrophe.

3- Le responsable de la catastrophe est l’usine Union Carbide.

4- La catastrophe a eu lieu parce que les systèmes de sécurité ne fonctionnaient pas et que l’usine avait stocké le double de la quantité maximum de gaz autorisée.

5- Gas Miyan est né pendant la catastrophe.

6- Il est né dans la rue.

7- L’ancienne usine qui a bouleversé sa vie produisait des pesticides ( produit chimique utilisé dans l’agriculture pour éliminer les parasites).

8- Le but de l’auteur est de dénoncer une entreprise qui a causé la plus grande catastrophe chimique au monde.

9- Gas n’a jamais travaillé parce que son insuffisance respiratoire l’empêche d’effectuer un labeur physique.

10- le ventre rond de sa mère est le sujet de « réjouit » deux pesticides est le sujet de « sont produits ».

11- Il dit que s’il n’y avait pas eu cette catastrophe, il serait aujourd’hui en bonne santé et pourrait nourrir sa famille.»

12- Le passage au passé simple : Enceinte et parvenue à terme, Champa courut vers le Ghandi Ladies Hospital. A bout de souffle, assaillie de douleurs au ventre, elle s’arrêta en chemin et accoucha au bord de la route.

Production écrite

Je crois au destin, comme beaucoup de gens. Mais la vie que je suis condamné à mener est trop dure et je connais les responsables. Je ne leur pardonnerai pas.

L’usine a explosé parce que ses propriétaires voulaient économiser l’argent qui devait servir aux réparations. Ils ont sacrifié la vie de milliers de personnes pour encore plus de profit. De plus, ceux qui, comme moi, ont échappé à la mort n’ont reçu aucune compensation pour les souffrances et les handicaps causés par cette explosion. Ils ont abandonné l’usine. Ils sont partis et ils n’ont jamais été punis pour ce qu’ils ont fait.

C’est injuste et impardonnable.


Corrigé de l’épreuve n°2

Compréhension de l’écrit

1- Joao-José est un voleur de livres.

2- « il était passé maître en ces sortes de vol. » L’expression soulignée signifie qu’il était devenu expert.

3- Deux expressions qui montrent que Joao-José vit dans la misère : « l’entrepôt », « les rats ».

4- Joao-José a appris à lire par l’exercice quotidien de la lecture.

5- Joao-José aime la lecture. L’expression qui le montre le plus dans le texte est « il les lisait tous avec une soif qui tenait de la fièvre. »

6- Le passage qui le décrit physiquement : « menu, maigre et triste, ses cheveux bruns tombant sur ses yeux rétrécis de myope. »

7- Les Capitaines des Sables le respectaient parce qu’ « il avait le grand et mystérieux pouvoir de les transporter en des mondes divers ».

8- Un titre : Le professeur.

9- avait éveillé : verbe éveiller au plus-que-parfait.

- La phrase à la voix passive : Son imagination avait complètement été éveillée par l’exercice quotidien de la lecture.

10- Un adjectif à la place de la subordonnée relative : Il les lisait tous avec une soif fiévreuse (ou fébrile).

11-« Maria et Paola » à la place de « il » : Maria et Paola aimaient savoir des choses, et c’était elles qui, bien des nuits, racontaient aux autres des histoires d’aventuriers

Production écrite

Boualem est le plus grand de taille de toute ma classe, mais aussi le plus maigre. Il porte des pantalons toujours trop courts, comme s’il grandissait un peu plus chaque nuit. Ses cheveux n’étaient jamais coiffés. Pourtant, quel plaisir d’être avec lui !

Pendant la récréation et à la fin des cours, tout le monde va vite le rejoindre pour écouter ses histoires. Il en raconte chaque jour une nouvelle. Lorsque Boualem se met à raconter, il devient lui-même le héros, ses yeux brillent, il gonfle sa poitrine, sa voix change, et nous avons tous l’impression de participer à l’histoire.

Boualem ne joue pas au football, il ne se bagarre jamais, il s’habille mal, mais tout le monde l’adore.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents