Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Les pléonasmes (A)

Publié par Fawzi Demmane sur 31 Mai 2009, 14:35pm

Catégories : #Vocabulaire


Qu'est-ce qu'un pléonasme?

 

Un pléonasme – certains parlent de pléonasme vicieux – est un enchaînement de mots qui expriment la même idée. Une suite pléonastique paraît donc une répétition inutile. Voici quelques exemples :

 

Se lever debout

Reculer en arrière

Importer de l’étranger

Se cotiser à plusieurs

Monopole exclusif

À deux reprises différentes

 

 

Certains enchaînements jugés pléonastiques peuvent toutefois être justifiés, dans certains contextes, lorsqu’un effet expressif est clairement souhaité; on peut en effet vouloir insister sur une idée en l’exprimant distinctement deux fois, par exemple : Je l’ai vu de mes yeux.

 

Il faut toutefois se garder d’employer des suites pléonastiques lorsque aucun effet d’insistance n’est recherché.


À un certain moment donné

 

L’expression à un certain moment donné, employée surtout oralement, n’est pas correcte parce que, dans cette expression, le mot moment a deux déterminants, c’est-à-dire deux mots qui le qualifient et qui indiquent de quel genre de moment il s’agit : un certain moment et un moment donné. En effet, les deux adjectifs, certain et donné, font ici double emploi. Pour que l’expression soit correcte, il faudrait employer un seul de ces deux mots. On dirait alors : à un certain moment ou à un moment donné. Ces deux expressions ont le même sens et désignent un moment qu’il est difficile de fixer avec précision.

 

Exemples :

 

- Tout était tranquille dans le bois, quand, à un certain moment, j’ai entendu une détonation.

- À un moment donné, j'ai cru que je rêvais.

 

À un moment donné peut également avoir le sens de « un jour ou l’autre », « à un moment ou à un autre ».

 

Exemples :

 

- À un moment donné, je suis certain que vous verrez dans cette pièce une drôle de scène. (À un moment ou à un autre)

- À un moment donné, ils finiront bien par se décider. (Un jour ou l'autre)

 

 

À certains moments, au pluriel, signifie « parfois ».

 

Exemple :

 

- À certains moments, mon ordinateur affiche un message inhabituel.


Abolir complètement

 

Les enchaînements abolir complètement et abolir entièrement que l’on trouve dans les exemples suivants sont considérés comme pléonastiques.

 

Exemples fautifs :

 

- De nos jours, les télécommunications abolissent complètement les distances. 

- Ce ministre entend abolir complètement les réformes mises en place par son prédécesseur.

- Ce n’est qu’en 1976 que la peine de mort a été abolie entièrement au Canada.

 

En effet, le verbe abolir signifie « supprimer, réduire à néant » et les adverbes entièrement et complètement signifient « en entier, totalement; tout à fait, absolument ». Il y a donc redondance puisque l’idée de totalité est présente deux fois.

 

On écrirait plus correctement :

 

- De nos jours, les télécommunications abolissent les distances. 

- Ce ministre entend abolir les réformes mises en place par son prédécesseur.

 

Il est à noter que le verbe abolir s’emploie parfois avec des adverbes tels que radicalement, définitivement (et même complètement et entièrement), afin d’insister sur l’effet ou la profondeur de l’action. Cette forme intensive, qui vise à renforcer l’idée exprimée, n’est alors pas nécessairement fautive.


L’enchaînement achever complètement que l’on trouve dans les exemples suivants constitue un pléonasme.

 

Exemples fautifs :

 

- Elle attend d’avoir achevé complètement son travail avant de prendre des vacances.

- Elle veut achever complètement la décoration de son appartement avant d’inviter ses amis.

 

 

En effet, le mot achever signifie « finir, conduire une occupation, un travail à son terme, en faisant ce qui reste à faire » et le mot complètement signifie « entièrement, intégralement ». Il y a donc redondance puisque l’idée de parachèvement, de complétude est présente deux fois.

 

On écrirait plus correctement :

 

- Elle attend d’avoir achevé son travail avant de prendre des vacances.

- Elle veut s’acquitter complètement de son travail avant de prendre des vacances.

- Elle veut achever la décoration de son appartement avant d’inviter ses amis.

- Elle veut avoir décoré complètement son appartement avant d’inviter ses amis. 


 

 

Les enchaînements actuellement en cours et présentement en cours que l’on trouve dans les exemples suivants constituent des pléonasmes.

 

Exemples fautifs :

 

- Il ne faut pas entrer dans le studio de télévision, car un enregistrement est actuellement en cours.

- Un sondage sur les habitudes de consommation est présentement en cours.

 

En effet, les mots actuellement et présentement signifient « en ce moment, à l’heure actuelle, au moment présent » et la locution être en cours signifie « être en train de se réaliser ». Il y a donc redondance puisque chacun des deux termes indique que l’action se déroule au moment présent.

 

On écrirait plus correctement :

 

- Il ne faut pas entrer dans le studio de télévision, car un enregistrement est en cours.

- On fait présentement un sondage sur les habitudes de consommation.

 

 

Le mot présentement constitue ce que l’on appelle un québécisme d’usage, c’est-à-dire que ce mot est beaucoup plus fréquemment employé au Québec qu’il ne l’est en France. Dans le langage courant, les locuteurs français emploient presque uniquement le mot actuellement et ils perçoivent le mot présentement comme un mot régional ou appartenant à l’ancienne langue. Il convient de préciser qu’au Québec, l’emploi du mot présentement est senti comme tout à fait correct, et ce, dans tous les registres de langue.



Ajourner à plus tard

 

On emploie parfois l’expression ajourner à plus tard pour indiquer qu’une réunion, une décision, un procès est remis à un autre moment. Toutefois, il s’agit d’un pléonasme qu’il vaut généralement mieux éviter. En effet, le verbe ajourner signifie « remettre, reporter à une date ultérieure, différer » et à plus tard répète l’idée de date ultérieure. Selon les contextes, ajourner sera suivi ou non de l'indication de l’échéance, qui peut être déterminée ou indéterminée.

 

Exemples fautifs :

 

- Le procès des motards a été ajourné à plus tard par le juge.

- Le président de l’Assemblée nationale a ajourné à plus tard le débat sur l’environnement.

- Nous avons ajourné à plus tard notre dîner de retrouvailles.

 

On pourra dire :

 

- Le procès des motards a été ajourné à une date indéterminée par le juge.

- Le président de l’Assemblée nationale a ajourné le débat sur l’environnement.

- Nous avons ajourné notre dîner de retrouvailles à lundi.

 

 

Cependant, on peut dire ajourner à bien plus tard. Dans ce cas, on tient à exprimer un degré d’intensité, une gradation par rapport au temps en utilisant l’adverbe bien. Cela rend donc normal, sinon inévitable l’emploi de la locution à plus tard.

 

Exemple :

 

- Les plaidoyers sont remis au mois prochain et la décision du juge est ajournée à bien plus tard.



Ajouter en plus

 

Les enchaînements ajouter en plus et ajouter de plus que l’on trouve dans les exemples suivants sont considérés comme pléonastiques.

 

Exemples fautifs :

 

- Elle fut davantage embarrassée quand il ajouta en plus que cet accident allait faire augmenter sa prime d’assurance. 

- Ce dessert est exquis, surtout quand on y ajoute en plus de la crème fouettée.

- Mon médecin a ajouté en plus que la cigarette augmentait considérablement mes risques de contracter le diabète.

- Que peut-on ajouter de plus à ces commentaires dithyrambiques?

 

En effet, le verbe ajouter signifie « mettre en plus, apporter un élément nouveau, complémentaire ou supplémentaire ». Il y a donc redondance puisque l’idée d’ajout, d’addition est présente deux fois.

 

On écrirait plus correctement :

 

- Elle fut davantage embarrassée quand il affirma en plus que cet accident allait faire augmenter sa prime d’assurance. 

- Ce dessert est exquis, surtout quand on y ajoute de la crème fouettée.

- Mon médecin a ajouté que la cigarette augmentait considérablement mes risques de contracter le diabète.

- Que peut-on ajouter à ces commentaires dithyrambiques?



 

Les enchaînements anéantir entièrement et anéantir complètement que l’on trouve dans les exemples suivants sont considérés comme pléonastiques.

 

Exemples fautifs :

 

- Malheureusement, l’incendie a anéanti complètement cette superbe église datant du Régime français. 

- Cette nouvelle réforme risque d’anéantir complètement tous nos efforts.

- Quand Marc a su qu’il n’avait pas été retenu pour le rôle de Dom Juan, ses espoirs se sont anéantis entièrement.

 

En effet, le verbe anéantir signifie « détruire entièrement; réduire à néant » et les adverbes entièrement et complètement signifient « en entier, totalement; tout à fait, absolument ». Il y a donc redondance puisque l’idée de totalité est présente deux fois.

 

On écrirait plus correctement :

 

- Malheureusement, l’incendie a complètement détruit cette superbe église datant du Régime français. 

- Cette nouvelle réforme risque danéantir tous nos efforts.

- Quand Marc a su qu’il n’avait pas été retenu pour le rôle de Dom Juan, ses espoirs se sont anéantis.

 

 

Notons qu’à la forme pronominale, le participe passé du verbe anéantir s’accorde toujours en genre et en nombre avec le sujet.

 

Exemple :

 

- Quand Pierre a fait faillite, c’est toute sa vie qui s’est anéantie.



Apanage exclusif

 

L’enchaînement apanage exclusif que l’on trouve dans les exemples suivants constitue un pléonasme.

 

Exemples fautifs :

 

- La rêverie semble parfois être l’apanage exclusif des poètes.

- La politique n’est pas l’apanage exclusif des politiciens et des politologues; tous doivent s’y intéresser.

 

 

En effet, le mot apanage signifie « ce qui appartient en propre à quelqu’un ou à quelque chose, ce qui en est le privilège » et le mot exclusif signifie « qui exclut de tout partage ou qui appartient à une seule personne ou à un seul groupe de personnes ou de choses ». Il y a donc redondance puisque l’idée d’exclusivité ou de privilège est présente deux fois. Notons aussi que l’expression se construit avec les verbes être et avoir : être l’apanage de, avoir l’apanage de.

 

On écrirait plus correctement :

 

- La rêverie semble parfois être lapanage des poètes.

- La politique n’est pas l’apanage des politiciens et des politologues; tous doivent s’y intéresser.

 

Cependant, l’expression apanage exclusif se trouve assez fréquemment, tant à l’oral qu’à l’écrit, même chez de grands auteurs. De plus, certains ouvrages la considèrent comme une sorte de superlatif intensif et non comme un pléonasme. On se rappelle que sur le plan grammatical, un superlatif exprime une qualité portée à un très haut degré ou au plus haut degré. Ici, l’ajout de exclusif à apanage viserait à renforcer l’idée d’exclusivité en laissant entendre qu’une chose ou une idée appartient vraiment en propre à quelqu’un ou à quelque chose et uniquement à cette personne ou à cette chose.



Apparence extérieure

 

L’enchaînement apparence extérieure que l’on trouve dans les exemples suivants constitue un pléonasme.

 

Exemples fautifs :

 

- On juge souvent une personne d’après son apparence extérieure.

- Il a beau dire, il a beau faire, toutes les apparences extérieures sont contre lui.

 

En effet, le mot apparence signifie « aspect, ce qu’on voit d’une personne ou d’une chose, ce qui se présente immédiatement à la vue, à la pensée » et le mot extérieur signifie « qui se voit du dehors, qui est visible, manifeste ». Il y a donc redondance puisque l’idée d’extériorité est présente deux fois. Chacun des deux termes renvoie à une perception qui se fait d’emblée, qui apparaît à première vue, du dehors, sans que l’on aille au fond des choses.

 

On écrirait plus correctement :

 

- On juge souvent une personne d’après son apparence.

- On juge souvent une personne d’après son extérieur. (emploi plus littéraire)

- Il a beau dire, il a beau faire, toutes les apparences sont contre lui.

 

 

La locution adverbiale en apparence signifie « extérieurement, en surface ».

 

Exemple :

 

- Les mains dans les poches, insouciant en apparence, mais au fond, angoissé et nerveux, il suivait du regard la voiture qui s’éloignait.




Au grand maximum

 

Les enchaînements au grand maximum et au gros maximum que l’on trouve dans les exemples suivants sont considérés comme pléonastiques.

 

Exemples fautifs :

 

- Paul finira de rembourser son emprunt hypothécaire au grand maximum dans cinq ans.

- Pour se rendre à la gare, il faut 30 minutes au gros maximum.

- Cette voiture vaut au gros maximum 2 000 $.

- L’éditeur souhaiterait que son prochain roman comporte deux cents pages au gros maximum.

- Toute l’équipe entend donner son grand maximum pour que le projet soit prêt à temps.

 

 

En effet, la locution au maximum peut signifier, selon le contexte, « au plus, tout au plus », « dans le pire des cas », « au plus haut degré » ou « le plus possible ». Cette locution est formée du mot d’origine latine maximum, « le plus grand », qui correspond au superlatif de magnus « grand ». Il y a donc redondance puisque l’idée de « grandeur, importance » est présente à la fois dans les adjectifs grand et gros et dans le mot maximum.

 

On écrira plus correctement :

 

- Paul finira de payer son hypothèque au plus tard dans cinq ans.

- Pour se rendre à la gare, il faut 30 minutes tout au plus.

- Cette voiture vaut au maximum 2 000 $.

- L’éditeur souhaiterait que son prochain roman comporte au plus deux cents pages.

- Toute l’équipe entend donner son maximum pour que le projet soit prêt à temps.

 

Cependant, ces expressions pourraient parfois être considérées comme des superlatifs intensifs et non comme des pléonasmes. Sur le plan grammatical, un superlatif exprime une qualité portée à un très haut degré ou au plus haut degré. Ici, le superlatif viserait à renforcer l’idée que le maximum mentionné correspond vraiment au plus haut degré ou au point le plus élevé qu’on puisse imaginer.


Anéantir entièrementActuellement en cours

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents