Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Les nuances sémantiques (A)

Publié par Fawzi Demmane sur 21 Juin 2009, 10:53am

Catégories : #Vocabulaire


À nouveau et de nouveau

 

Traditionnellement, on reconnaissait une nuance de sens entre les locutions adverbiales de nouveau et à nouveau, la locution de nouveau signifiant « encore une fois » et la locution à nouveau signifiant « une fois de plus et d’une façon différente ».

 

Exemples :

 

- Il est de nouveau (c’est-à-dire encore) malade.

- L’enseignante a dû formuler à nouveau (c’est-à-dire formuler différemment) la question que les élèves n’avaient pas comprise.

 

Cependant, cette nuance tend à s’estomper de nos jours et plusieurs ouvrages récents ne notent plus cette distinction. En raison d’une extension de sens, à nouveau et de nouveau sont devenus interchangeables dans le sens d’« une fois de plus » et servent tous deux à marquer une répétition pure et simple. La locution à nouveau peut cependant avoir encore son sens particulier et c’est alors le contexte qui permet de savoir si la locution doit être prise dans son sens restreint ou non.

 

Exemples :

 

- Il entendit de nouveau (ou à nouveau) frapper à la porte.

- L’éditeur estime que l’auteur doit rédiger à nouveau (et non de nouveau) ce chapitre.


À travers et au travers

 

Le nom travers signifie « étendue transversale, largeur ». Toutefois, de nos jours, il est plus souvent employé au sens figuré de « petit défaut, bizarrerie ».

 

Exemples :

 

- Le cambrioleur a laissé des traces sur le travers de la porte.

- Ce sont les petits travers de cet homme qui lui donnent son charme.

 

Travers est employé dans plusieurs locutions, notamment à travers et au travers, qui signifient toutes deux « de part en part, d’un bout à l’autre ». On établissait autrefois une distinction entre ces locutions : au travers de indiquait l’idée d’une certaine résistance, d’un obstacle à franchir, ce qui n’était pas le cas d’à travers. Aujourd’hui, on emploie indifféremment l’une ou l’autre.

 

Exemples :

 

- On ne voit pas bien loin à travers un tel brouillard.

- Tout près de chez moi, il y a une voie ferrée qui passe au travers de la route.

 

Comme locution prépositionnelle, à travers ne peut être suivie de de que s’il s’agit de l’article indéfini ou partitif, jamais de la préposition. Au contraire, au travers est toujours suivie de la préposition de lorsqu’elle est locution prépositionnelle.

 

Exemples :

 

- Louis a voyagé à travers de nombreux pays.

- Zoé regarde encore à travers la vitre. (et non : Zoé regarde encore à travers de la vitre.)

- Je l’ai perdue de vue alors qu’elle marchait au travers de la foule. (et non : Je l’ai perdue de vue alors qu’elle marchait au travers la foule.)

 

On peut également employer à travers et au travers comme locutions adverbiales.

 

Exemples :

 

- Ce gilet est si vieux que l’on peut voir à travers.

- La forêt était très dense, mais il fallait passer au travers.

 

Parmi les autres locutions ou expressions dans lesquelles figure travers, on compte notamment les locutions de travers « obliquement » et en travers « transversalement »; regarder quelqu’un de travers « regarder quelqu’un avec hostilité, malveillance »; avaler de travers « avaler avec difficulté, en s’étouffant »; à tort et à travers « sans discernement ».


Accumuler et cumuler

 

Les verbes cumuler et accumuler ont tous deux été empruntés au latin. Le premier vient du verbe cumulare, qui signifiait « assembler, accumuler », et le second, du verbe accumulare, qui signifiait « amasser ». Les sens des verbes latins étaient déjà proches; ce n’est donc pas étonnant que les sens des verbes français le soient également. Cependant, ces verbes ne sont pas synonymes.

 

Le verbe accumuler signifie « réunir en grande quantité ». Il est synonyme d’amasser, d’amonceler, d’empiler ou d’entasser. Les choses qu’on accumule (qu’elles soient concrètes ou abstraites) s’empilent généralement les unes sur les autres; il y a donc souvent une idée de verticalité sous-entendue dans ce verbe. Accumuler peut être employé sans complément; il signifie alors plus précisément « amasser des richesses ». Il peut aussi être employé à la voix pronominale.

 

Exemples :

 

- Mon oncle accumulait des provisions en vue d’une éventuelle tempête.

- On avait accumulé de nombreuses preuves contre l’accusé.

- Bernard a accumulé beaucoup d’expérience dans ce domaine.

- J’ai accumulé plus de 20 heures supplémentaires jusqu’ici.

- Depuis des semaines, Paule accumulait gaffe sur gaffe.

- Bénédicte accumule; elle a l’intention d’avoir une retraite dorée.

- Les dossiers s’accumulent sur le bureau de Maurice.

- La neige continue de s’accumuler sur le toit du garage.

 

 

Le verbe cumuler, lui, signifie « occuper simultanément plus d’un emploi ». On peut d’ailleurs l’employer sans complément dans ce sens. Il peut aussi signifier « avoir plusieurs droits, qualités ou avantages en même temps ».

 

Exemples :

 

- Pendant ses études, Sébastien cumulait les emplois de serveur, de livreur et de peintre.

- Une lectrice se demande si elle peut cumuler des droits en vertu d’une succession.

- Cette solution cumule de nombreux avantages.

 

Bref, accumuler des choses, c’est les empiler les unes sur les autres, littéralement ou au figuré; et cumuler des choses, c’est les avoir toutes à un même moment.



Adepte et disciple

 

On utilise parfois à tort les mots adepte et disciple. En effet, ces deux mots prêtent à confusion puisqu’ils présentent un sens commun, soit celui de « qui adhère à une doctrine ».

 

 

Le mot adepte vient du latin adeptus « qui a obtenu, qui a atteint ». En français, ce mot désigne soit un membre d’un groupe plus ou moins fermé, partisan d’une doctrine ou d’une théorie, soit une personne qui pratique une certaine activité ou qui est amatrice de quelque chose.

 

Exemples :

 

- Cette secte compte de nombreux adeptes.

- Pierre est un adepte du socialisme.

- Sarah ne jure plus que par les fruits et légumes : c’est une véritable adepte du végétalisme!

- La ville de Nice compte de plus en plus d’adeptes de la bicyclette.

 

 

Le mot disciple vient du latin discipulus « élève, apprenti ». En français, ce mot désigne une personne qui reçoit ou a reçu l’enseignement d’un maître, ou une personne qui adhère aux doctrines d’un maître (penseur, savant, artiste, etc.) ou d’une école.

 

Exemples :

 

- Aristote était un disciple de Platon.

- Cette psychiatre est l’une des plus ferventes disciples de Freud.

- Ce peintre était un disciple de l’école des Beaux-Arts : son art est conventionnel et classique.

- Plusieurs bédéistes affirment être des disciples de Hergé.

 

 

En résumé, un adepte est un partisan d’une croyance, d’une doctrine, d’une théorie ou d’une activité et un disciple est une personne qui reçoit un enseignement d’un maître ou d’une école.


 Adéquat, approprié et pertinent

 

On utilise parfois à tort les mots adéquat, approprié et pertinent. En effet, ces trois mots prêtent à confusion puisqu’ils comportent un sens commun qui est celui de « convenable ».

 

 Le mot adéquat vient du latin adæquatus « rendre égal à ». En français, ce mot signifie « bien adapté à son usage, à son emploi; exactement approprié ».

 

Exemples :

 

- L’émotion l’empêchait de trouver l’expression adéquate pour exprimer sa joie.

- Le peintre a su utiliser les couleurs adéquates pour donner un effet de profondeur.

- Les danseurs ont trouvé un studio adéquat pour travailler leur chorégraphie.

 

Il importe de préciser que l’adjectif adéquat suppose une conformité rigoureuse, une appropriation exacte; son sens est ainsi plus restreint que celui de l’adjectif convenable, qui peut s’appliquer à un plus grand nombre de choses. Notons aussi que l’adjectif adéquat ne se dit pas d’une personne. On dira par exemple une mise en scène adéquate, mais non un acteur adéquat.

 

 Le mot approprié signifie « qui convient, qui est juste ».

 

Exemples :

 

- Elle a pris les moyens appropriés pour convaincre son patron de lui accorder une augmentation.

- Denise doit faire les exercices appropriés pour renforcer les muscles de son dos.

- Benoît a écrit un scénario de film; il ne lui reste qu’à trouver un réalisateur qui saura lui donner la forme appropriée.

- Pour m’aider à affronter sereinement les convives de ce souper mondain, Marie-Renée était la compagne appropriée.

 

 L’adjectif pertinent signifie « qui a un lien clair et direct avec le sujet dont il est question; qui se rapporte au fond de la chose ». Et ce qui est pertinent est souvent judicieux. Par ailleurs, pertinent ne s’emploie pas avec la préposition à; une chose est pertinente en soi, et non pertinente à quelque chose. Ceci n’exclut pas pour autant que cet adjectif puisse être suivi d’une préposition (à ou une autre) lorsque le contexte l’exige.

 

Exemples :

 

- Cette critique de film est tout à fait pertinente; elle saisit bien le propos du réalisateur.

- L’avocat a su révéler des faits pertinents à la toute fin de sa plaidoirie.

- Les nombreuses descriptions que comporte ce roman ne sont pas toutes pertinentes.

- La montée de la violence aux États-Unis donne lieu à un débat tout à fait pertinent : doit-on interdire la possession d’armes à feu?

 

 En résumé, ce qui est adéquat est bien adapté à son but, ce qui est approprié est juste et ce qui est pertinent est directement lié au sujet.

 

 Exemple :

 

- Isabelle a su choisir le moment adéquat et les mots appropriés pour formuler un commentaire pertinent sur cette exposition d’art contemporain.


Adjoint, aide et assistant

 

Les noms adjoint, aide et assistant peuvent tous trois désigner une personne qui en aide une autre. Ils peuvent également entrer dans la composition d'appellations d'emploi. Toutefois, ces trois mots n'ont pas exactement le même sens et il faut éviter de les confondre.

 

De façon générale, le nom adjoint désigne une personne qui est associée à une autre afin de l'aider dans ses fonctions ou dans la réalisation de certaines tâches. La place qu'occupe le mot adjoint dans une appellation d'emploi est importante, car elle détermine le sens de cette appellation. Il y a ainsi une différence entre l'adjoint du directeur et le directeur adjoint.

 

Quand il apparaît comme premier élément, le nom adjoint peut être suivi d'un adjectif ou être lié à un autre nom de fonction à l'aide de la préposition de. Il peut aussi être adjectif et suivi d'un nom de fonction; il se construit alors avec la préposition à. Dans ces emplois du mot adjoint, la personne ainsi nommée aide simplement le titulaire de l'autre fonction dans certaines tâches.

 

Exemples :

 

- Cette entreprise de recrutement est spécialisée dans la recherche d'adjoints administratifs.

- L'adjoint de la directrice de la commercialisation est absent aujourd'hui.

- Ginette est adjointe au directeur des finances.

 

Le mot adjoint se trouve aussi comme deuxième élément; il est alors en apposition à un nom de fonction, généralement une fonction administrative. Aucun trait d'union ne lie alors les deux noms. Dans ces emplois du mot adjoint, la personne ainsi désignée peut être appelée à remplacer le titulaire de l'autre fonction en cas de besoin.

 

Exemples :

 

- Cet organisme cherche à pourvoir un poste de chef adjoint.

- Sandrine a trouvé un emploi de bibliothécaire adjointe.

- Tous les directeurs adjoints de l'entreprise sont invités à cette réunion.

 

Le nom aide désigne une personne qui aide une autre personne à laquelle elle est généralement subordonnée. Généralement, il s'agit d'une fonction plutôt manuelle ou technique. Le nom aide peut être suivi du nom d'une autre fonction. Dans ce cas, on lie les deux noms par un trait d'union (seul le titre aide de camp échappe à cette règle). Aide peut être féminin ou masculin, selon le sexe de la personne qu'il désigne. Lorsqu'on parle de plusieurs personnes, le nom aide et le nom de fonction auquel il est associé prennent tous deux la marque du pluriel.

 

Exemples :

 

- Martine a déjà été aide-chimiste.

- Georges a dû faire appel à un aide-comptable pour résoudre cette question.

- Benoît a engagé un aide-mécanicien.

- Caroline et Rémi sont aides-cuisiniers dans un restaurant de la rue Saint-Joseph.

 

Le nom assistant désigne une personne qui assiste une autre personne. Il entre dans la composition de quelques appellations d'emploi, surtout dans les domaines de la médecine et du cinéma, ainsi que dans le milieu universitaire. Lorsqu’il est suivi d’un nom de fonction, il est généralement lié à ce dernier par un trait d’union. Il faut cependant éviter d'utiliser le nom assistant suivi d'un nom de fonction dans d'autres domaines; il s'agit alors d'un calque de l'anglais assistant, dont le sens est plus large qu'en français. On lui préférera alors les noms adjoint ou aide, selon le cas.

 

Exemples :

 

- Ma mère était assistante sociale.

- Cette clinique cherche deux assistants dentaires.

- Je connais l'assistant du réalisateur de ce film, mais pas l’assistant-opérateur.

- Ghislain a engagé un nouvel assistant de laboratoire.

- Renée est assistante de recherche à l'Université.

- Jacqueline est aide-comptable. (et non : assistante-comptable)

- Marcel a été nommé directeur adjoint la semaine dernière. (et non : assistant-directeur)


Aligner et enligner

 

On confond parfois les verbes aligner et enligner, qui sont tous deux formés à partir du nom ligne mais avec des préfixes différents. Alors qu'aligner est employé dans la langue générale avec des sens concrets et abstraits, enligner est quant à lui utilisé dans des domaines plus techniques.

 

Le verbe aligner peut avoir les sens concrets de « mettre sur une ligne droite » ou de « présenter en ordre, à la suite », en parlant notamment de noms, de chiffres ou de phrases. Au figuré, aligner peut signifier « rendre conforme une chose à une autre ». Dans ce sens, le verbe se construit toujours avec la préposition sur (aligner une chose sur une autre). À la forme pronominale, aligner peut signifier concrètement « se ranger sur la même ligne » ou, au figuré, « se conformer à », aussi construit avec la préposition sur. On évitera d'utiliser aligner avec la préposition avec puisque cette construction est calquée sur l'anglais to align with.

 

Exemples :

 

- Veille à bien aligner tous les plants qui formeront ta future haie.

- Tu dois aligner dans cette case toutes les dépenses que tu as faites.

- Je souhaiterais qu'on aligne nos salaires sur ceux de la fonction publique. (plutôt que : aligne nos salaires avec)

- Même les pays alignés n’en sont pas venus à une entente.

- Les coureurs se sont alignés sur la ligne de départ avec enthousiasme.

- Ils ont dû baisser leurs tarifs de 5 % pour s'aligner sur ceux de leurs concurrents. (plutôt que : s'aligner avec)

 

Le verbe enligner a quant à lui été réservé aux domaines techniques de la charpenterie, de la maçonnerie et de la reliure au sens de « placer des objets contigus sur une même ligne ».
 

Exemples :

 

- Les briques de notre façade de maison ne sont pas toutes bien enlignées.

- Son travail consiste à bien enligner ces lattes de bois.

 


Amoral et immoral

 

Bien que les adjectifs amoral et immoral aient une certaine parenté sémantique, leurs significations diffèrent.

 

Amoral signifie « qui est étranger à la morale, n’a pas de rapport avec elle, n’appartient pas à ce domaine » et « qui manifeste naturellement une ignorance à l’égard de la morale, ne la prend pas en considération ». Le préfixe a- « sans », qui a servi à former ce mot, marque la privation. Notons que le terme peut avoir tout autant une valeur positive ou neutre que négative.

 

Exemples :

 

- Descartes a posé comme principe que la science est par nature amorale.

- Les enfants aiment les livres qui finissent bien, pas les histoires banales et amorales!

- L’observateur se doit d’être parfaitement amoral et impartial dans le rapport qu’il transmettra aux médecins.

 

Immoral signifie « qui est contraire à la morale ou aux bonnes mœurs » et « qui agit contrairement à la morale, qui en viole les principes ». Le préfixe im-, variante de in- « pas », qui a servi à former ce mot, marque la négation. Notons que ce terme a toujours une valeur négative.

 

Exemples :

 

- Ce roman ne peut être lu par les enfants : on y raconte des histoires immorales!

Cet être profondément immoral a commis des meurtres d’une brutalité déconcertante.

 

 La frontière est souvent ténue entre l’amoralité et l’immoralité. Toutefois, la question est d’ordre plutôt philosophique, psychologique, anthropologique, éthique ou juridique… que linguistique! Un même acte sera en effet jugé amoral par certains et immoral par d’autres, selon qu’on considère que les notions de bien et de mal n’ont pas été prises en considération (amoral) ou alors que l’idéal du bien a été attaqué (immoral).



Arrière et derrière

 

Les noms arrière et derrière peuvent tous deux désigner la partie postérieure de quelque chose, mais ils ne sont pas interchangeables pour autant.

 

On utilise le nom arrière pour désigner la partie postérieure d'une chose dotée de mouvement. On parlera par exemple de l'arrière d'un véhicule (voiture, train, bateau, etc.) ou encore des arrières dans une équipe de football. Le nom arrière désigne plus précisément la partie postérieure d'une chose mobile, partie qui est opposée à la direction du mouvement de cette chose.

 

Exemples :

 
- J'ai aperçu au loin l'arrière du train.

- Je n'aime pas m'asseoir à l'arrière d'une voiture.

- Durant toute la partie, les arrières ont su protéger efficacement leur but.

- Les troupes devront assurer leurs arrières lors de cette opération offensive.

 

On emploie le nom derrière pour désigner le côté postérieur invisible d'une chose, le côté situé à l'opposé du devant. C'est entre autres ce nom qu'on utilise pour désigner le côté opposé à la façade d'un immeuble. Contrairement à arrière, derrière est essentiellement statique puisqu'il ne comporte aucune idée de mouvement. Ce qui prédomine dans le cas de derrière, c'est l'idée d'« invisibilité ».

 

Exemples :

 

- Il oublie toujours de nettoyer le derrière de son réfrigérateur.

- Mon amie habite ici; son balcon donne sur le derrière de l'immeuble.


Avancer et devancer

 

On peut parfois hésiter, dans certains contextes, entre les verbes devancer et avancer.

 

Le verbe devancer a différents sens. Il peut signifier « dépasser, être devant quelqu’un », ou « aller au devant de, prendre les devants », ou « précéder, venir avant quelqu’un », ou encore « être en avance sur, anticiper quelque chose ».

 

Exemples :

 

- Michel a facilement devancé tous les autres concurrents.

- Paul est tellement amoureux de Sophie qu’il devance le moindre de ses désirs.

- Tu m’as devancé; j’allais justement t’inviter au restaurant moi aussi.

 

Le verbe avancer a lui aussi plusieurs sens bien distincts, entre autres « aller vers l’avant », « placer quelque chose en avant », « être placé vers l’avant, dépasser », « affirmer, prétendre quelque chose », « progresser, tendre vers son terme », « faire arriver quelque chose avant le moment prévu ». C’est avec ce dernier sens qu’il y a parfois confusion avec le verbe devancer.

 

Exemples :

 

- Avancez le pied et ne bougez plus.

- À cause du vent, nous avancions lentement.

- Il avançait des idées qu’il ne pouvait défendre par la suite.

- La rédaction de sa thèse avance, mais elle en a encore pour quelques mois.

- Nous avons dû avancer la date de notre retour pour une raison imprévue. (et non devancer)


Avant et devant

 

Les mots avant et devant expriment tous deux l'antériorité, mais ils ne sont pas parfaitement synonymes.

 

La préposition avant peut d'abord exprimer l'antériorité dans le temps. Elle peut également exprimer l'antériorité dans l'espace; les éléments qu'elle permet de situer sont alors vus dans une succession, selon un parcours. Enfin, avant peut aussi exprimer la priorité hiérarchique ou la préférence. Dans tous ces emplois, avant s'oppose à après.

 

Exemples :

 

- Nous nous reverrons sans doute avant ton anniversaire.

- Le restaurant où je dois la rejoindre est situé juste avant l'école sur la rue du Pont.

- La sécurité de ses enfants passe avant la sienne.

- Pour Ariane, la famille passe avant la réussite professionnelle.

La préposition devant, qui vient de la locution de avant, peut elle aussi exprimer une position dans l'espace, une antériorité de l'objet que l'on situe par rapport à un autre. Il n'y a pas avec devant l'idée d'une succession d'éléments, mais seulement la position relative d'un objet par rapport à un autre. Devant peut également exprimer l'antériorité dans un ordre ou dans un classement. Cette préposition peut enfin signifier « en face de » ou « en présence de ».

 

Exemples :

 

- Ma voiture est stationnée devant la librairie.

- J'ai terminé devant ta sœur au concours.

- Le disque que je cherchais était devant moi, mais je ne le voyais pas.

 

Le mot devant entre dans la formation de quelques locutions, notamment au-devant de, qui signifie « à la rencontre de » et qui peut inclure une idée de prévention, ainsi que par-devant, qui signifie « par l'avant ». La plupart des locutions formées avec devant s'écrivent avec un trait d'union.

 

Exemples :

 

- Dès qu'il l'a aperçue à l'aéroport, il s'est précipité au-devant d'elle.

- Cet homme n'aurait jamais osé m'attaquer par-devant.

Les mots avant et devant peuvent aussi être employés comme nom. Le nom avant désigne la partie antérieure d'une chose, le côté opposé à l'arrière. On l'utilise souvent lorsqu'on parle de choses mobiles, de choses qui peuvent se déplacer. On l'emploie également pour désigner les joueurs de certains sports d'équipe qui sont chargés de l'attaque. Ce nom entre aussi dans la locution aller de l'avant, qui signifie « progresser, avancer rapidement ».

 

Exemples :

 

- Nicolas s'est assis à l'avant, à côté du conducteur.

- L'avant de sa voiture a été endommagé lors de l'impact.

- Les avants ont particulièrement bien joué ce soir.

 

 

Le nom devant désigne lui aussi la partie antérieure d'une chose, mais il est plus souvent utilisé en parlant de choses immobiles. On l'utilise plus particulièrement pour désigner la partie visible d'une chose, celle qui se présente à la vue, par exemple la façade d'une maison ou d'un immeuble. Ce nom entre aussi dans la formation de la locution prendre les devants, qui signifie « partir avant quelqu'un ou le devancer ».

 

Exemples :

 

- Le devant de sa maison est recouvert de briques.

- Il a renversé du café sur le devant de sa chemise.

- Pauline a pris les devants de la course dès le départ.

- Vanessa a décidé de prendre les devants et d'expliquer la situation à Éric avant qu'il ne la questionne.


Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents