Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Les nuances sémantiques (C)

Publié par Fawzi Demmane sur 21 Juin 2009, 19:08pm

Catégories : #Vocabulaire


Calculer et mesurer

 

On utilise parfois à tort les mots calculer et mesurer. En effet, ces deux verbes prêtent à confusion puisqu’ils présentent un sens commun, qui est celui d’« évaluer, apprécier ».


Le verbe calculer vient du bas latin calculare, dérivé du latin classique calculus « caillou, jeton servant à calculer ». En français, ce mot signifie au sens propre « déterminer une quantité en effectuant un ou des calculs » et, au sens figuré, « évaluer, déterminer par le raisonnement en fonction de certains facteurs; estimer, apprécier », « combiner en vue d’un but déterminé », « préparer habilement ».

 

Exemples :

 

- C’est toujours elle qui calcule les dépenses du ménage.

- L’équipe doit calculer les chances de réussite du projet avant de le lancer.

- Ce célèbre cambrioleur avait bien calculé son coup.

- Sa générosité est toute calculée.

 

Le verbe mesurer vient du bas latin mensurare « mesurer, estimer, évaluer ». En français, ce mot signifie au sens propre « déterminer, évaluer d’après un étalon, à l’aide d’un instrument » et, au sens figuré, « évaluer l’importance de quelqu’un ou quelque chose », « faire, employer avec mesure, modération » et « déterminer quelque chose proportionnellement à autre chose; juger par comparaison ».

 

Exemples :

 

- On mesure la profondeur des océans à l’aide d’une sonde.

- Paule a mesuré la hauteur du mur : il a 5 mètres de haut.

- Il faudra quelque temps pour mesurer la portée de cet incident diplomatique.

- On mesure souvent la valeur de quelqu’un à la qualité de ses réalisations.

- Mesure tes paroles si tu veux faire entendre raison à cette personne.

 

En résumé, au sens propre, calculer, c’est déterminer une quantité en effectuant des calculs abstraits et mesurer, c’est évaluer une grandeur à partir d’une unité de mesure. Au sens figuré, calculer, c’est évaluer un élément à partir de calculs, de combinaisons ou d’opérations abstraites et mesurer, c’est évaluer un élément par comparaison à un autre élément.

 

Exemples :

 

- En consultant la carte routière, Jeanne a mesuré la distance qui nous séparait encore de la capitale et elle a calculé que nous y serions avant la nuit.

- Cet acteur a appris à ses dépens que le talent se mesure à l’effort et non aux sourires calculés.


Célébrer et commémorer

 

Les verbes célébrer et commémorer sont parfois confondus. En effet, bien qu’ils aient en commun l’idée de souligner un fait important, ils ne sont pas parfaitement synonymes et ne sont pas interchangeables dans tous les contextes.

 

Le verbe célébrer possède plusieurs sens en français. Il signifie notamment « accomplir solennellement une action ». On peut aussi utiliser célébrer lorsqu’il s’agit de « fêter un événement » ou de « faire publiquement l’éloge de quelqu’un ou de quelque chose ». Ce dernier emploi de célébrer est de style littéraire.

 

Exemples :

 

- Le prêtre a célébré le mariage de Paul et Jocelyne par une cérémonie simple et touchante.

- L’anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale est célébré chaque année.

- Ses amis célèbrent son anniversaire en l’invitant au restaurant.

  

Le verbe commémorer, quant à lui, peut uniquement signifier « rappeler par une cérémonie le souvenir d’une personne ou d’un événement ». Il est donc de sens plus restreint que célébrer, la commémoration étant un type particulier de célébration.

 

Exemples :

 

- La fin de la Seconde Guerre mondiale est commémorée chaque année.

- En 2006, plusieurs expositions ont été organisées pour commémorer la mort du peintre Cézanne.

- Les Britanniques commémorent aujourd’hui les attentats de Londres.

 

 

Notons enfin que l’expression commémorer un anniversaire est un pléonasme, puisqu’un anniversaire est en soi le rappel de quelque chose. On commémore donc un événement, la naissance ou la mort d’une personne, mais on célèbre un anniversaire.



Cher, dispendieux, coûteux, onéreux

 

On utilise parfois à tort les mots cher, dispendieux, coûteux et onéreux. En effet, ces quatre mots prêtent à confusion puisqu’ils comportent le sens commun suivant : « qui entraîne une dépense importante ».

 

Le mot cher signifie « qui est d’un prix élevé ».

 

Exemples :

 

- La majorité des automobilistes estime que l’essence est chère.

Le mot dispendieux signifie « qui exige beaucoup de dépenses, entraîne de grands frais ». En français standard, cet adjectif s’applique presque toujours à quelque chose d’abstrait, par exemple des loisirs, des manies dispendieuses.

 

Exemples :

 

- Luc admet volontiers qu’il a un train de vie dispendieux.

- Il a des goûts dispendieux; voilà pourquoi il ne peut se permettre de perdre à la bourse!

Le mot coûteux signifie « qui entraîne une dépense élevée ». Contrairement à l’adjectif dispendieux, coûteux peut aussi se dire d’un objet concret.

 

Exemples :

 

- La vie est devenue coûteuse; une foule de petits luxes sont devenus indispensables.

- Claude croyait avoir fait une bonne affaire, mais il a acheté une voiture coûteuse.

Le mot onéreux signifie « qui occasionne des frais, des dépenses ». On ne l’appliquera qu’à des substantifs désignant des motifs de dépenses. 

 

Exemples :

 

- Plusieurs estiment que les impôts sont onéreux.

- L’emballage figure parmi les opérations les plus onéreuses et l’entreprise étudie actuellement des moyens d’économiser. 

- Selon cet économiste, le budget de l’État est menacé par tant de promesses et de réformes onéreuses.

Ainsi, on écrira :

 

- Cette année, les légumes sont chers. (et non : sont onéreux)

- Une telle expédition serait trop onéreuse. (et non : serait trop chère)

En résumé, les voitures neuves sont chères et les vieilles voitures peuvent être dispendieuses, coûteuses ou onéreuses, selon le cas.

 

Il faut savoir cependant que l’usage ne fait pas toujours la distinction entre les adjectifs dispendieux, coûteux et onéreux. Ainsi, certains diront indifféremment : Les voyages en Europe sont dispendieux ou Les voyages en Europe sont coûteux ou Les voyages en Europe sont onéreux.


Chercher et rechercher

 

Les verbes chercher et rechercher ont des sens voisins et sont considérés comme des synonymes dans quelques contextes. Il y a généralement, cependant, une légère nuance qui les distingue.

 

Le verbe chercher signifie le plus souvent « s’efforcer de trouver, de découvrir, de retrouver ou de se procurer ». On peut chercher une personne, une chose concrète (qu’on a perdue ou oubliée, par exemple) ou une chose abstraite (une solution, une explication ou un emploi, par exemple).

 

Exemples :

 

- Fabien cherche de nouveaux amis.

- Je cherche la sortie, pourriez-vous m’indiquer où elle se trouve?

- Si tu ne sais pas ce que ce mot signifie, cherche-le dans le dictionnaire.

- Ma sœur cherche un appartement plus près du centre-ville.

- William cherche une explication logique à sa réaction.

- Lorsque Marie est fatiguée, elle cherche l’isolement.

 

Le verbe rechercher peut lui aussi avoir un sens semblable, mais on y ajoute une nuance sémantique : rechercher, c’est « chercher avec soin, de façon insistante, méthodique ». Il y a donc une nuance de manière ou d’intensité entre chercher et de rechercher. C’est dire que lorsqu’on emploie rechercher, on pourrait généralement employer aussi chercher, mais le sens ne serait pas exactement le même.

 

Exemples :

 

- Julie recherche un nouvel amoureux.

- Jasmin recherche le dernier album d’un groupe rock peu connu.

- Normand recherche la raison de la baisse de popularité de son site Web.

- Nathalie n’en peut plus; elle recherche le calme et la tranquillité.

 

C’est dans un sens connexe qu’on emploie rechercher pour signifier « chercher à découvrir ou à retrouver par une enquête ou en faisant une recherche ». On emploie rarement chercher dans ce sens.

 

Exemples :

 

- La police recherche des témoins de cet accident.

- Cet homme est recherché pour vol.

- La direction recherche l’auteur de cette blague de mauvais goût.

 

Revenons maintenant au verbe chercher. Lorsqu’il est suivi de la préposition à et d’un verbe à l’infinitif, il signifie « s’efforcer de ».

 

Exemples :

 

- Samuel a toujours cherché à rendre les autres heureux.

- Hélène cherche à comprendre pourquoi elle est tendue.

- Octave cherche à oublier sa mésaventure.

 

De même, le verbe rechercher signifie « tâcher d’acquérir, d’obtenir ou d’atteindre » lorsqu’il est suivi d’un nom. On l’emploie donc à peu près dans le même sens que chercher à, même si c’est souvent dans d’autres contextes.

 

Exemples :

 

- Samuel a toujours recherché le bonheur des autres.

- Ève ne s’en cache pas : elle recherche l’argent et la célébrité.

- Tania doit cesser de rechercher la perfection.

 

Rechercher peut aussi signifier « s’efforcer de connaître, de rencontrer ou de fréquenter » quelqu’un, sens voisin de celui mentionné précédemment et réservé au verbe rechercher.

 

Exemples :

 

- Daniel recherche les gens connus; il affectionne particulièrement la compagnie des comédiens.

- La compagnie de Rachel est recherchée.

 

Les verbes chercher et rechercher ont un dernier sens en commun : celui de « se rendre quelque part pour ramener ou rapporter » quelqu’un ou quelque chose. Lorsqu’on utilise rechercher dans ce sens, toutefois, on sous-entend généralement qu’on se rend au lieu où l’on a laissé la chose ou la personne en question plus tôt; alors que lorsqu’on emploie chercher, il peut s’agir de n’importe quel lieu.

 

Exemples :

 

- Veux-tu aller me chercher un verre d’eau, s’il te plaît?

- Ça me fera plaisir d’aller te chercher à l’aéroport, si tu le souhaites.

- Reste ici, je viendrai te rechercher plus tard.

 

Chercher est aussi employé dans quelques sens qu’il ne partage pas avec rechercher. Il peut notamment signifier « s’exposer volontairement ou non » à un danger; et, à la voix pronominale, « essayer de mieux se connaître ».

 

Exemples :

 

- On jurerait qu’il cherche des ennuis!

- C’est tout à fait normal de se chercher à l’adolescence.

 

Rechercher, lui, peut enfin signifier « chercher de nouveau ».

 

Exemple :

 

- J’ai cherché et recherché ton parapluie, mais je ne l’ai pas trouvé.



Chiffre et nombre

 

Il peut parfois être difficile de distinguer les noms chiffre et nombre puisque ces notions sont étroitement liées. Alors que certains ouvrages proposent de les différencier en comparant le chiffre à la lettre et le nombre au mot, la nuance entre ces deux noms peut paraître beaucoup moins claire pour certains de leurs sens.

 

Un nombre est d’abord et avant tout un concept de base en mathématiques. Un nombre exprime une valeur pouvant représenter des grandeurs, des quantités, des positions, etc. Il peut être qualifié de différentes manières : un nombre peut être pair, impair, décimal, complexe, entier, cardinal, ordinal, premier, etc. Le nombre est représenté par un ou plusieurs chiffres. À l’écrit, il peut être exprimé en chiffres ou en lettres, selon la quantité qu’il représente et le type de textes dans lequel il apparaît.

 

Exemples :

 

- Le nombre 237 est formé des chiffres 2, 3 et 7.

- Les nombres inscrits dans des tableaux s’écrivent en chiffres.

- Votre code d’accès devra être composé d’un nombre à six chiffres. (ou : devra être composé d’un nombre de six chiffres)

 

Le substantif nombre peut également désigner un ensemble de personnes ou de choses. En grammaire, le nombre est une notion grammaticale qui recouvre l’idée de singularité et de pluralité, notion propre aux mots variables.

 

Exemples :

 

- Si tu savais le nombre de fois que nous avons regardé ce film en famille!

- L’adjectif serré varie en genre et en nombre selon le nom auquel il se rapporte.

 

Un chiffre est tout d’abord un caractère utilisé pour représenter un nombre. En français, on utilise les chiffres arabes (0 à 9) et, dans certains contextes, les chiffres romains (I, V, X, L, C, D, M).

 

Exemples :

 

- Ma fille de 4 ans a appris à écrire ses chiffres jusqu’à 5.

- Les chiffres romains sont notamment utilisés dans la numérotation des siècles.

- Pour jouer à cette nouvelle loterie, cochez huit chiffres de 0 à 9 dans chacune des grilles de sélection.

- J’ai oublié le dernier chiffre de mon code d’accès.

 

 

Le nom chiffre peut aussi désigner le montant ou le total d’une somme. C’est par ce sens qu’on en vient parfois à confondre chiffre et nombre, puisque ce sens de chiffre désigne une valeur qui est exprimée concrètement par un nombre. Dans cet emploi, on trouve notamment la locution chiffre d’affaires, qui désigne le total des ventes effectuées par une entreprise au cours d’une période donnée.

 

Exemples :

 

- Le chiffre des dépenses annuelles de notre organisme pour l’année dernière est de 125 000 $. (ou : le montant, la somme des dépenses annuelles; et non : le nombre des dépenses annuelles)

- Notre chiffre d’affaires a atteint deux millions l’an dernier.

 

 

Enfin, chiffre peut aussi exprimer les sens moins courants de « code d’écriture secret » et de « marque composée de lettres initiales entrelacées ».

 

Exemples :

 

- Ce chiffre vous permettra de consulter ces documents confidentiels.

- La montre que nous lui avons donnée a été marquée au chiffre.


Collègue et confrère

 

On utilise parfois à tort les mots collègue et confrère. En effet, ces deux noms prêtent à confusion puisqu’ils servent tous deux à préciser les liens qui unissent des personnes dans le monde du travail.

 

Le mot collègue désigne une personne qui travaille dans le même établissement ou qui remplit la même fonction qu’une autre personne; par extension, il désigne aussi les personnes qui exercent le même genre d’activités.

 

Exemples :

 

- Il dîne avec ses collègues dans la salle des professeurs.

- On célèbre aujourd’hui l’anniversaire d’un collègue de bureau.

- Elle partage la même passion que ses collègues musiciens.

 

Les mots confrère et consœur désignent les personnes qui appartiennent à un ordre professionnel ou qui exercent la même profession libérale, ou encore les personnes qui sont membres d’une compagnie, d’une société artistique, littéraire ou savante.

 

On notera que l’usage du féminin consœur a évolué. Contrairement à ce qui était en usage autrefois, confrère ne s’applique généralement, en français contemporain, qu’à des hommes. Que l’on considère une femme par rapport à un homme ou à une autre femme, c’est aujourd’hui consœur qui tend à s’imposer.

 

Exemples :

 

- Mon médecin m’a adressé à un de ses confrères.

- Voilà l’avocate qui va tenter de déjouer son confrère de la Couronne.

- Ce grand architecte s’attire l’admiration de ses confrères et consœurs.

- Ma consœur à l’Académie des lettres a rédigé un brillant essai.

 

En résumé, on appelle collègues les personnes qui travaillent dans le même bureau ou remplissent la même fonction, et on appelle confrères et consœurs les personnes qui exercent la même profession libérale ou indépendante (médecins, avocats, notaires, architectes, pharmaciens, écrivains, journalistes, libraires, etc.).

 

Exemples :

 

- Mon confrère avocat est aussi mon collègue au Parlement.

-Tous ses collègues et de nombreux confrères et consœurs étaient présents à la fête organisée pour souligner son départ à la retraite.



Combien et comment

 

Il faut veiller à ne pas employer l’adverbe comment à la place de l’adverbe combien.

 

Dans les phrases interrogatives, comment sert à poser une question sur la manière de faire quelque chose, sur le moyen de parvenir à un résultat. Dans les phrases exclamatives, comment exprime la surprise, l’indignation, le regret, etc.

 

Exemples :

 

- Comment avez-vous fait pour obtenir de si bons billets pour le spectacle?

- Est-ce que tu sais comment convaincre Paul d’assister à la cérémonie?

- Nous ignorons comment la subvention a été obtenue.

- Comment! C’est ainsi qu’il t’a remercié pour l’aide que tu lui as apportée?

 

L’adverbe combien quant à lui introduit une question portant sur une quantité, un nombre. Il peut s’agir de la distance, du temps, du prix, de la mesure, etc. Dans les phrases exclamatives, combien signifie « à quel point, dans quelle mesure ».

 

Exemples :

 

- Il est impossible de dire combien je l’aime! (et non : Il est impossible de dire comment je l’aime!)

- Je devine combien c’est difficile pour toi ces temps-ci. (et non : Je devine comment c’est difficile pour toi ces temps-ci.)



Commencer et débuter

 

On utilise parfois à tort les mots commencer et débuter. En effet, ces deux mots prêtent à confusion puisqu’ils comportent un sens commun qui est celui d’« entreprendre, amorcer ».

 

Le mot commencer signifie « entreprendre la première phase d’une action; se mettre à faire quelque chose », « être au début d’une évolution, d’un état » ou « avoir son origine à un endroit, une date; débuter ».

 

Exemples :

 

- Le terrain de mon oncle commence ici.

- On appelle incipit les premiers mots qui commencent un ouvrage.

- Dans l’autobus, les enfants commençaient à s’impatienter.

- Nous commencerons les travaux de rénovation la semaine prochaine.

 


Le mot débuter signifie « commencer », en parlant d’une chose ou d’une action, ou « faire ses débuts, ses premiers pas dans une activité, une carrière », en parlant d’une personne. Contrairement au verbe commencer, débuter ne peut pas être suivi d’un complément d’objet direct; l’emploi transitif, c’est-à-dire avec un complément d’objet, est en effet critiqué, bien qu’il soit fréquent et parallèle à celui de commencer.

 

Exemples :

 

- Après cette découverte a débuté toute une série d’expériences sur le traitement du cancer.

- Elle a débuté comme simple choriste dans un groupe méconnu.

- La saison de ski débutera bientôt.

- Son discours a débuté par une citation de Maupassant.

- Il a débuté au cinéma durant la Deuxième Guerre mondiale.

 

En résumé, ce qui distingue essentiellement les verbes commencer et débuter, c’est que le premier peut s’employer avec un complément d’objet direct et l’autre non.

 

Exemples :

 

- L’animatrice a commencé l’émission par un numéro humoristique. (et non : L’animatrice a débuté l’émission par un numéro humoristique.)

- Cette série télévisée commence le 20 août. / Cette série télévisée débute le 20 août. (Les deux phrases ont le même sens et l’emploi du verbe débuter est correct puisqu’il est suivi d’un complément circonstanciel et non d’un complément d’objet direct.)

- Julien commencera l’école cette année. (et non : Julien débutera l’école cette année.)



Compléter et achever

 

On utilise parfois à tort les mots compléter et achever. En effet, ces deux mots prêtent à confusion puisqu’ils comportent un sens commun qui est celui de « finir, terminer ».

 

Le mot compléter signifie « rendre complet en ajoutant ce qui manque » et, au sens figuré, « rendre achevé, parfait, porter à la perfection en comblant les lacunes, les insuffisances ».

 

Exemples :

 

- Ces cinquante euro complètent la somme que je te devais.

- Cette toile de Riopelle complète la collection du musée.

- Le fromage au lait cru complète bien notre repas.

- Gabrielle est allée étudier en Angleterre pour compléter sa formation en art dramatique.

 

Le mot achever signifie « terminer ce qui est commencé; finir, conduire à son terme, en faisant ce qui reste à faire; mettre la dernière main pour perfectionner ».

 

Exemples :

 

- Quand nous sommes entrés, le pâtissier achevait de préparer les profiteroles.

- Encore quelques coups de pinceau et la peintre aura achevé sa toile.

- Heureusement, nous avons achevé la mise en page du document à temps; nous pouvons maintenant l’envoyer au service d’impression.

 

En résumé, compléter, c’est rendre complet et achever, c’est terminer, mettre la dernière main à une chose qui est alors considérée comme parfaite ou accomplie.

 

Ainsi, on emploiera davantage le verbe compléter dans les expressions suivantes : compléter une quantité, une somme, une collection, un mobilier, un ouvrage; compléter une information, sa formation.

 

Notons cependant que, dans certains contextes, le verbe achever est interchangeable avec le verbe compléter.

 

Exemples :

 

- Furieuse, elle commença à lui lancer des insultes à la figure puis, voyant que les passants les regardaient, elle n’osa pas achever (ou compléter) sa pensée.

- Anne et Philippe marchaient ensemble le long du rivage et un admirable coucher de soleil complétait (ou achevait) le tableau.


Compliqué et complexe

On utilise parfois à tort les adjectifs compliqué et complexe. En effet, ces deux mots prêtent à confusion puisqu’ils comportent un sens commun qui est celui de « difficile ».

 

L’adjectif compliqué désigne ce qui est composé d’un grand nombre d’éléments ou ce qui est difficile à comprendre, à exécuter. On dira aussi d’une personne qu’elle est compliquée si elle aime la complication, si elle manque de simplicité dans ses rapports avec les autres. L’adjectif compliqué comporte donc un sens péjoratif. Une chose est compliquée parce qu’on l’a rendue compliquée, alors qu’elle aurait pu être simple.

 

Exemples :

 

- Elle aimait déambuler dans les rues étroites et compliquées de certains quartiers parisiens.

- Il est facile de faire des promesses, mais les tenir est autrement plus compliqué.

- En Colombie, elle a dû faire des démarches compliquées pour obtenir un visa de travail.

- Nicolas adore l’algèbre; il arrive à résoudre facilement les problèmes compliqués.

- Comme il est compliqué! Je suis lasse de tous ces malentendus.

 

Le mot complexe vient du latin complexus qui signifie « fait d’éléments différents, imbriqués ». En français, ce mot désigne ce qui se compose d’éléments différents, combinés d’une manière qui n’est pas immédiatement saisissable. Une chose est complexe en soi, en raison de sa nature même, et non par la faute de quelqu’un. C’est pourquoi ce mot n’a rien de péjoratif.

 

Exemples :

 

- Ce roman est complexe : il comporte deux histoires imbriquées, racontées par différents narrateurs.

- Plusieurs entomologistes ont démontré que les fourmis évoluaient dans une société complexe.

- Le désir est quelque chose de complexe.

- Cet homme a une personnalité complexe; chaque fois que je le vois, je découvre une nouvelle facette chez lui.

 

En résumé, une chose compliquée est embrouillée, difficile à faire ou à comprendre parce qu’on l'a conçue comme telle, alors qu’une chose complexe comporte en soi plusieurs éléments imbriqués, ce qui peut la rendre difficile à saisir.

 

Exemples :

 

- L’amour est déjà un sentiment complexe. Alors pourquoi Isabelle s’entête-t-elle à vivre des amours compliquées qui tournent toujours au drame?

- Alexandre considère que cette règle de grammaire est compliquée et que la langue française en général est complexe.


Composant et composante

 

Les noms composant et composante sont souvent considérés comme des synonymes dans les dictionnaires de langue générale. Ce n’est guère étonnant puisque dans la langue courante, ils ont pratiquement le même sens. Toutefois, on observe qu’ils sont souvent employés dans des contextes différents.

 

Le nom masculin composant signifie « élément entrant dans la composition de quelque chose ». Cette chose est souvent concrète : il peut s’agir d’un produit, d’un appareil, d’un véhicule ou d’un circuit électronique, par exemple.

 

Exemples :

 

- Certains composants des ordinateurs constituent des déchets dangereux.

- Le fabricant a rappelé ce produit parce qu’un composant faisait défaut.

- Je ne connais rien aux composants d’un circuit électronique.

 

Composant est également employé dans des sens plus précis en chimie et en grammaire. En chimie, il désigne chaque élément qui permet de constituer un composé; et en grammaire, il désigne un élément permettant de former un mot composé.

 

Exemples :

 

- Le chlore et le sodium sont les composants du sel.

- Les deux composants du mot café-théâtre prennent la marque du pluriel.

 

Le nom féminin composante, lui, signifie « élément faisant partie d’un ensemble », l’ensemble en question étant généralement complexe et abstrait.

 

Exemples :

 

- Es-tu bien sûre d’avoir analysé toutes les composantes du problème?

- Le manque de ressources est une composante importante de la crise qui nous frappe.

- La musique est peut-être la composante la mieux réussie de ce film.

 

Composante est également utilisé dans certains domaines avec un sens plus précis. En physique, ce nom désigne chacune des forces qui s’additionnent pour donner une résultante; et en mathématiques, il désigne notamment la projection d’un vecteur sur un axe.

 

Bref, même si les noms composant et composante ont pratiquement le même sens, on les emploie généralement dans des contextes différents : composant est plutôt utilisé pour désigner des éléments entrant dans la composition d’une chose concrète, alors que composante désigne plus souvent un élément faisant partie d’un ensemble complexe et abstrait.


Conseil, conseiller et consultant

 

Les mots conseil, conseiller et consultant permettent tous trois de désigner une personne qui assiste une ou plusieurs personnes dans un domaine particulier. Mais ils ne sont pas parfaitement synonymes pour autant.

 

Un conseiller est généralement attaché à l'entreprise ou à l'organisme qu'il assiste et conseille. On emploie parfois le nom conseiller pour désigner une personne extérieure à une entreprise ou un organisme, mais on utilise plus souvent conseil ou consultant dans ce contexte.

 

Exemples :

 

- Martin a rencontré la conseillère d'orientation de son école aujourd'hui.

- L'entreprise est à la recherche d'un nouveau conseiller en communication.

- Nous avons demandé l'avis d'une conseillère juridique.

- Yvan se cherche un emploi de conseiller technique.

 

Un conseil est une personne qui assiste et conseille une entreprise ou un organisme dont elle ne fait pas partie pour différentes questions. On fait généralement appel à un conseil pour ses compétences générales dans son domaine de spécialité. Le mot conseil est souvent apposé à un nom de profession; dans ce cas, il est joint au nom de profession par un trait d'union.

 

Exemples :

 

- Nous devrions faire appel à un conseil en recrutement pour pourvoir ce poste.

- L'amie de Gervais est avocate-conseil.

- Cette entreprise est présentement à la recherche d'ingénieurs-conseils.

 

Un consultant aide une entreprise ou un organisme dont il ne fait pas partie à préparer un projet, à analyser des moyens ou à trouver des solutions appropriées à des problèmes précis. On fait généralement appel à un consultant pour ses connaissances particulières dans son domaine de spécialité, et non pour ses connaissances générales.

 

Exemples :

 

- Un consultant en gestion pourrait nous aider à résoudre nos problèmes financiers.

- Cette entreprise fera appel à des consultants en informatique pour mener à bien son projet.



Construire et fabriquer

 

Le verbe construire peut signifier « bâtir, assembler pour former un tout, en suivant généralement un plan ». En ce sens, on l’utilise principalement pour parler de la construction d’immeubles, d’infrastructures, etc.

 

Exemples :

 

- Ces hommes s’affairent à construire un nouveau pont.

- La municipalité fait construire de nouvelles rues dans le quartier.

- L’entrepreneur prévoit construire notre maison en quatre mois.

 

Construire est aussi employé pour signifier « faire un objet complexe en assemblant différentes parties selon un plan », comme des navires, des automobiles, de la machinerie.

 

Exemples :

 

- Ces deux entreprises construisent des machines agricoles.

- L’armée a fait construire deux nouveaux navires de guerre.

- Des millions de véhicules automobiles sont construits chaque année.

 

Enfin, construire s’emploie également avec des compléments plus abstraits.

 

Exemples :

 

- Sa fille a à peine deux ans et elle construit déjà des phrases complètes.

- Cette théorie est construite à partir d’hypothèses douteuses.

- Ce n’est pas en recommençant constamment qu’il va construire son avenir.

 

Le verbe fabriquer, quant à lui, s’emploie dans le sens de « réaliser un objet en transformant une ou des matières premières par un travail manuel ou artisanal ».

 

Exemples :

 

- Ce tisserand fabrique les plus belles étoffes de la région.

- Notre mobilier a été fabriqué par un ébéniste professionnel.

- Laurent fabrique une petite radio de ses propres mains.

 

Dans le domaine industriel, fabriquer signifie aussi « produire, à partir de diverses matières et par des procédés mécaniques, des objets destinés à être livrés en grande quantité dans le commerce ».

 

Exemples :

 

- Cette entreprise fabrique une grande variété de boulons et d’écrous.

- Dans notre société, nous fabriquons trop d’objets inutiles.

- Tu sais bien que c’est un produit fabriqué en France, car elle n’achète rien qui soit fabriqué en Chine.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents