Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Appartenir

Publié par Fawzi Demmane sur 23 Juillet 2009, 19:23pm

Catégories : #Le bon usage

 

Resultat

 

 

 

 

 

 

 


I. Forme personnelle. Appartenir à.

A. [En parlant d'une chose, d'un animal] Être la propriété de quelqu'un :

1. Quelquefois il chassait à courre, montant une parfaite jument arabe qui appartenait à sa maîtresse, sautant tout et gagnant l'estime des cavaliers les plus exigeants.
MAUROIS


2. Avant l'occupation hollandaise, ces terres appartenaient aux Indiens mohicans.
MORAND


  - Par extension [En parlant d'une chose abstr.] Être le propre de :

3. Seule la masse comprend la masse; la communauté de sentiments et de pensées appartient aux gens du commun.
GIDE


4. Le succès de l'action appartient à celui qui joint le maximum d'audace au maximum de préparation.
MOUNIER


B. [Le sujet désigne une personne]

1. Être au service de quelqu'un, lui être attaché :

5. ... « Nous ne reconnaissons que notre roi, nous ne reconnaissons que notre roi, nous n'appartenons point à la nation, nous ne voulons appartenir qu'à lui » ...
MARAT


  - En particulier dans le langage de l'amour

- [En parlant d'une femme] Se donner corps et âme par amour :

6. Il vouloit que Claire lui appartînt; eh! ne s'est-elle pas donnée mille fois à lui dans son cœur?
Mme
COTTIN


  - Plus rarement. [En parlant d'un homme] :

7. Mais c'était toujours Annette qui surgissait sur la toile. La mère avait disparu, s'était évanouie laissant à sa place cette autre figure qui lui ressemblait étrangement. C'était la petite avec ses cheveux un peu plus clairs, son sourire un peu plus gamin, son air un peu plus moqueur, et il sentait bien qu'il appartenait corps et âme à ce jeune être-là, comme il n'avait jamais appartenu à l'autre, comme une barque qui coule appartient aux vagues!
MAUPASSANT


2. Faire partie organique d'un ensemble. Ce soldat appartient à tel régiment

8. Il appartient à une très honorable famille, comme tous les voleurs.
RENARD


  - Par analogie [En parlant d'une chose concr. ou abstr.] Cela n'appartient pas à mon sujet

9. Une des premières étapes de Maxence était le poste d'Aleg, petit fortin crénelé qui couronne une faible hauteur rocheuse. Tout proche du fleuve, il appartient déjà au désert par l'aridité qu'il domine, par cet air de pauvreté fière qui est la marque du Sahara.
PSICHARI


II. Emploi pronominal. S'appartenir.

A. Emploi réciproque. Être l'un à l'autre :

10. Car Élisabeth, comme une amoureuse retarde son plaisir pour attendre celui de l'autre, le doigt sur la gâchette, attendait le spasme mortel de son frère, lui criait de la rejoindre, l'appelait par son nom, guettait la minute splendide où ils s'appartiennent dans la mort.
COCTEAU


B. Emploi pronominal réfléchi. Être maître de ses actes. Je m'appartiens encore un peu.

- [Le plus souvent à la forme négative] :

11. J'ai cru aux mots sacrés qui n'ont pas de sens... J'ai cru qu'on pouvait se donner à un homme jusqu'à ne plus s'appartenir... On reste deux êtres toujours différents... On reste soi-même... Je suis ce que je suis...
CHARDONNE


 - Ne plus s'appartenir. N'être plus maître de son temps. J'ai tant d'occupations que je ne m'appartiens plus

III. Emploi impersonnel.

A. Il appartient à qqn [ou à une fonction, etc., de qqn] de + inf. C'est le privilège ou la fonction de quelqu'un de... :

12. On me dit une nouvelle qui me fait un extrême plaisir. Il appartenait à votre cœur de sentir tout le prix de l'héroïque conduite de notre excellent ami, et de justifier le sort en vous donnant à lui, en assurant ainsi à sa vertu la récompense que Dieu lui permet sur cette terre.
Mme
DE STAËL


13. Sans doute quelques réformes, peu à peu, pourront être introduites, tant du côté du juge et de l'interrogatoire, que de celui des jurés... Il ne m'appartient pas ici d'en proposer.
GIDE


  - Péj. C'est le triste privilège de... :

14. Il appartient aux esprits aveugles de croire que le mal ne se découvre qu'aux misérables qui s'en laissent peu à peu dévorer.
BERNANOS


B. DROIT : Ainsi qu'il appartiendra. Selon ce qui conviendra. À tous ceux qu'il appartiendra. À tous ceux qu'une affaire concernera et qui auront intérêt à en prendre connaissance.


Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents