Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Appuyer

Publié par Fawzi Demmane sur 25 Août 2009, 00:18am

Catégories : #Le bon usage

 

Resultat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I. Emploi transitif. [Le suj. désigne une pers.; un compl. d'obj. secondaire est fréquemment exprimé]

A. [L'idée dominante est celle d'un soutien donné à l'obj. premier]

1. Usuel. Soutenir quelque chose en lui donnant un appui. Appuyer qqc. à, contre :

1. Il saisit une échelle, l'appuie à la console, gravit les échelons, et la bourse qu'il tient à la main, il la dépose aux pieds de Notre-Dame.
BARRÈS


  Au figuré.

a) [L'obj. désigne une chose] Démontrer une chose en justifiant la démonstration par des faits, des preuves, une documentation qui soutiennent l'hypothèse. Appuyer une théorie générale sur des références actuelles :

2. L'idée de correspondance, de solidarité entre les phénomènes terrestres, a pénétré ainsi et pris corps, fort lentement il est vrai, car il s'agissait de l'appuyer sur des faits, et non sur de simples hypothèses.
P. VIDAL DE LA BLACHE


b) [L'obj. désigne une pers. ou une action qui l'intéresse] Aider quelqu'un, favoriser l'action de quelqu'un par son soutien. Appuyer qqn par son avis, de son autorité :

3. ... je dois solliciter de Monseigneur mon rappel à Tourcoing. Je voudrais vous supplier d'appuyer ma demande, sans rien cacher de ce que vous savez de moi, sans m'épargner en rien.
BERNANOS


 MILITAIRE. (stratégie). Fournir une aide en matériel et/ou en hommes :

4. Je convoquai le 31 juillet le général Foch à Chantilly. Je lui rappelai que l'idée fondamentale de notre offensive, c'était d'appuyer les forces anglaises agissant au nord, notre offensive vers le sud restant secondaire et subordonnée aux résultats obtenus dans le nord.
JOFFRE


2. Locutions techniques.

MARINE. Appuyer les vergues. Les soutenir contre le vent.

PEINTURE. Appuyer la couleur. L'accentuer, la mettre en valeur :

5. Au delà de ces premières collines ravinées, qui me rappellent l'entrée du désert par Boghari, une seconde chaîne irrégulière, dentelée, fort en désordre. Sa couleur violâtre appuie la couleur ardente du premier plan et ménage un accord de toute délicatesse entre ce jaune brutal et le ciel bleu.
FROMENTIN


B. [L'idée dominante est celle d'une pression exercée sur l'obj. premier]

1. Usuel. Peser sur une chose de manière à la presser sur ou contre une autre. Appuyer qqc. sur, contre :

6. La voix affectueuse de l'enfant reprit : Il ne faut pas tant te fatiguer, papa. M. Jeannin attira à lui la tête d'Olivier, et l'appuya contre sa poitrine, ...
R. ROLLAND


 En particulier [L'obj. dir. désigne une partie du corps humain] :

7. Je vis alors Belkiss, c'était elle, s'avancer modestement, enveloppée dans ses voiles comme une jeune mariée, et appuyer sur mon lit ses mains pudiques et son genou de lis, comme pour s'y introduire à mes côtés.
NODIER


 Au figuré. Appuyer son regard. Regarder avec insistance :

8. Javert semblait ne pas entendre. Il appuyait sur Jean Valjean sa prunelle fixe.
HUGO


2. Emplois techniques.

ESCRIME. Appuyer la botte. Appuyer le fleuret sur le corps de l'adversaire après l'avoir touché.

[Le suj. désigne un cheval] Appuyer la tête au mur, et, p. ell., appuyer. Progresser obliquement par rapport à l'axe de son corps, la tête tournée dans la direction suivie :

9. Il essaya de faire décrire une volte à son cheval, mais le comte Caradec, rouillé sur le manège, n'appuya qu'avec roideur; il voulut lui faire prendre le trot, mais le comte Caradec partit en boitant. Alors, il le remit au pas, et tout lui sembla plus triste encore.
A. DE CHÂTEAUBRIANT


II. Emploi intransitif. [Le suj. désigne une partie du corps, et par métonymie une personne.]

A. [L'idée dominante est celle de la recherche d'un support]

1. Se servir d'un support, d'un soutien matériel pour garder son équilibre :

10. Des vieilles se hâtaient à petits pas cassés, une main à la hanche, l'autre appuyant sur un bâton; ...
H. POURRAT


2. Par métonymie. MARINE, ARMÉE (tactique). Prendre une direction en se servant d'un repère visuel (exprimé par l'objet indirect). Appuyer sur la droite, sur la gauche.

Par extension. Se diriger vers. Appuyer à droite, à gauche :

11. Le patron du coutre remarqua la vitesse de la Durande. Il lui sembla aussi qu'elle n'était pas dans la route exacte. Elle lui parut trop appuyer à l'ouest. Ce navire à toute vapeur dans le brouillard l'étonna.
HUGO


12. Prenez la rue que vous voyez là, tournez par la deuxième à gauche; ensuite vous prenez la première à droite, vous marchez cent mètres, vous appuyez à gauche, et vous y êtes.
J. ROMAINS


Rem. Dans le language de la marine, la tournure s'explique par la manœuvre matérielle du timonier; par métonymie, elle s'emploie pour le bateau. Le passage de la préposition sur à la préposition à indique un plus haut degré d'abstraction, l'idée de repère disparaissant.

B. [L'idée dominante est celle d'une pesée qui s'exerce sur qqc. dont on peut modifier la position]

1. Exercer une pesée sur quelque chose.

[Le suj. désigne une partie du corps humain] :

13. Olivier, avec un soupir, vint s'asseoir au piano, et, docile à la volonté de l'impérieux ami qui l'avait choisi, il commença, après une longue incertitude, à jouer le bel Adagio en si mineur de Mozart. D'abord, ses doigts tremblaient et n'avaient pas la force d'appuyer sur les touches; puis, peu à peu, il s'enhardit; et, croyant ne faire que répéter les paroles de Mozart, il dévoila, sans le savoir, son cœur.
R. ROLLAND


Par métonymie. [Le suj. désigne une pers. agissant à l'aide d'une partie de son corps] :

14. Henri reconnut Anne et ralentit : - Vous montez? Je vous dépose.  - Merci. J'ai envie de marcher, dit-elle. Elle lui fit un petit signe amical et il appuya sur l'accélérateur : il avait vu des larmes dans ses yeux.
S. DE BEAUVOIR


2. Par métonymie, au figuré. [Le suj. désigne une pers. comparée à un élément exerçant une pesée] Mettre l'accent sur.

a) [Un élément du langage, une note de musique] :

15. Ce terme, [appoggiature] (...) donne lieu à deux interprétations [en musique] : l'appoggiature expressive qui occupe momentanément la place de la note principale et sur laquelle l'exécutant doit appuyer, ...
H. REBER


b) [Un trait de caractère, un comportement] :

16. J'ai été personnellement bien heureux pour vous de vous savoir envoyé à Blaye, et politiquement satisfait d'y savoir un homme d'honneur et de probité. C'est ce que j'ai dit à bien des personnes, et j'ai saisi cette occasion de parler de vous avec beaucoup de plaisir, puisqu'elle me donnait licence d'appuyer sur vos qualités.
BALZAC


 Emploi abstrait. Mettre en relief dans le langage un élément important d'une situation :

17. ... peut-être n'eût-il pas aimé cette jeune personne; mais des trois cents invités qui se pressaient dans les beaux salons de la rue Saint-Lazare, il fut le seul à comprendre l'amour inédit que trahissait une danse bavarde. On remarqua bien la manière d'Isaure d'Aldrigger; mais, dans ce siècle où chacun s'écrie : Glissons, n'appuyons pas! l'un dit : Voilà une jeune fille qui danse fameusement bien (c'était un clerc de notaire); l'autre : Voilà une jeune personne qui danse à ravir (c'était une dame en turban); la troisième, une femme de trente ans : Voilà une petite personne qui ne danse pas mal!
BALZAC


Rem. Il y a une grande ressemblance entre l'emploi dit intrans. et l'emploi pronom. A. Cependant l'idée de soutien moral ou intellectuel est incompatible avec l'emploi intrans. (On ne peut pas dire : pour soutenir sa thèse, il appuie sur des arguments solides, alors que s'appuie est usuel); d'autre part l'idée que le point d'appui puisse céder à la pesée (au sens phys. ou au fig.) est incompatible avec l'emploi réfl. (on ne peut pas dire : il s'appuie sur la pédale du piano, alors que appuie est normal dans une telle phrase). L'oppos. fondamentale semble consister en ce que dans l'emploi intrans. il s'agit toujours, dans la réalité référée, de l'appui d'une partie de la pers. (le suj. désigne son corps, une partie de son corps : main, pied, etc., son esprit, son langage, etc.) même si p. méton. c'est la totalité de la pers. qui est exprimée, tandis que dans l'emploi pronom. A, il s'agit toujours, dans la réalité référée, de la pers. prise dans sa totalité. Pratiquement, on peut dire que dans l'emploi intrans. B, ce qui était obj. dans l'emploi trans. devient suj. (j'appuie la main sur les touches, le pied sur la pédale la main, le pied appuie); de là on passe p. méton. aux emplois fig. Les opérations sont comparables pour les emplois intrans. A 1 et A 2.

III. Emploi pronominal.

A. [Le pronom réfl. est compl. d'obj. dir.; l'obj. secondaire est gén. exprimé] Se soutenir, en s'aidant d'un objet matériel. S'appuyer sur, à :

18. Nendaz se lève, Nendaz s'appuie sur sa canne, il sort sur le perron, il descend l'escalier.
Ch.-F.
RAMUZ


 Par métaph. Se servir d'une protection naturelle comme d'un soutien :

19. Toulouse s'est appuyée à une rampe de collines, lambeau épargné par hasard dans les déblaiements du fleuve.
P. VIDAL DE LA BLACHE


  MILITAIRE. (techn.). Bénéficier de l'aide de quelqu'un :

20. Il faut ajouter que les Américains, qui nous procuraient l'armement et l'équipement, y mettaient la condition que nous adoptions leurs propres règles d'organisation (...). Pour eux, la vie et l'action des unités combattantes devaient s'appuyer sur des arrières richement pourvus.
DE GAULLE


 Au figuré. Se servir de quelqu'un ou de quelque chose comme d'un soutien matériel, intellectuel ou moral :

21. Je m'approchai de vous, je pris votre main et vous murmurai quelques mots d'espérance à l'oreille. Je ne sais si ma voix vous parut éloquente alors et si elle trouva le chemin de votre âme, mais vous vous levâtes soudain et vous vous appuyâtes sur moi comme sur un protecteur.
PONSON DU TERRAIL


22. « Que voulez-vous, me répondait-il, la physiologie n'est pas une science exactement définie; elle s'appuie, pour expliquer les phénomènes vitaux, tantôt sur la physique, tantôt sur la chimie, tantôt sur des hypothèses telles que celles de la force vitale... »
C. BERNARD


B. Pop. [Le pronom réfl. est compl. d'obj. secondaire indir.; le compl. d'obj. dir. désigne une chose, plus rarement une pers.]

1. [L'obj. désigne une tâche] S'appuyer qqc. Accomplir à contre-cœur une tâche obligatoire :

23. « Ah! Y en a qui disent qu'à la cuistance, on est embusqué »! ... Eh bien, il aimerait cent mille fois mieux, quant à lui, être avec la compagnie dans les tranchées pour la garde et les travaux, que de s'appuyer un pareil métier deux fois par jour pendant la nuit!
BARBUSSE


 Par extension. S'appuyer qqn. Etre obligé de prendre quelqu'un en charge malgré soi :

24. Ça, édicte Brague, c'est une gosse qu'on collera dans la figuration. Une de plus, une de moins... elle gagnera toujours ses quarante sous... quoique j'aime pas beaucoup m'appuyer des laissés-pour-compte...

COLETTE


2. [Le compl. désigne des aliments ou des boissons] Consommer en quantité généralement importante. S'appuyer un bon gueuleton, quelques verres de gniole :

25. Nous bouffions à la grande tambouille! ... On s'appuyait des soupes énormes! ...
CÉLINE

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents