Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Ce que le jour doit à la nuit. (Livre audio) Part 1 - Chap 6

Publié par Fawzi Demmane sur 10 Janvier 2011, 17:18pm

Catégories : #Bibliothèque sonore

 

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782848682464.jpg

 

Ce que le jour doit à la nuit

 

 

PARTIE 1


JENANE JATO

 

CHAPITRE 06.mp3

 

 

 

 

A onze ans, ce sont des éveils qui vous désarçonnent. Les questions ne vous apportant pas de réponses, vous vous accommodez de celles qui vous conviennent. J’étais persuadé que la misère ne relevait pas de la fatalité, qu’elle s’inspirait exclusivement des mentalités. Tout se façonne dans la tête. Ce que les yeux découvrent, l’esprit l’adopte, et on pense que c’est là la réalité immuable des êtres et des choses. Pourtant, il suffit de détourner un instant son attention de la mauvaise passe pour déceler un autre chemin, neuf comme un sou, et si mystérieux que l’on se surprend à rêver… A Jenane Jato, on ne rêvait pas. Les gens avaient décidé que leur destin était scellé et qu’il n’y avait rein d’autre autour, ni derrière ni en dessous. A force de regarder la vie du côté où le bât blesse, ils avaient fini par faire corps avec leur strabisme.

Mon oncle me tendit sa main. Je la saisis au vol. Quand ses doigts se refermèrent autour de mon poignet, je cessai de regarder derrière moi.

J’étais déjà ailleurs....


 

 

.... C'était mon père !
Mon père... qui était capable de soulever les montagnes, de mettre à genoux les incertitudes, de tordre le cou au destin !... Il était là, à mes pieds, sur le trottoir, empêtré dans des guêtres malodorantes, le visage tuméfié, les commissures des lèvres dégoulinantes de bave, le bleu de ses yeux aussi tragique que les bleus sur sa figure !... Une épave... une loque... une tragédie !


Il me regarda comme si j'étais un revenant. Ses yeux chassieux et bouffis se voilèrent de je ne sais quoi et sa face se froissa comme un vieux papier d'emballage entre les mains d'un chiffonnier.
- Younes ? lâcha-t-il.
Ce n'était pas un cri... à peine un gargouillis suspendu entre l'exclamation atone et le sanglot...
J'étais abasourdi.

 .........


Alors il me jeta ce regard qui me poursuivra ma vie entière ; ce regard déchu dans lequel se noierait n'importe quel serment, y compris celui que ferait le plus brave des pères au meilleur des fils... Un regard que l'on jette une seule fois dans son existence car, derrière ou après, il n'y a plus rien... Je compris qu'il me le destinait pour la dernière fois ; que ces yeux, qui m'avaient fasciné et terrifié, couvé et mis en garde, aimé et attendri, ne se lèveraient jamais plus sur moi.

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ANONYMA 11/01/2011 14:01



Fawzi, j'ai toujours eu une envie folle de m'y plonger, dans le livre bien sûr.



Fawzi Demmane 11/01/2011 14:11



Je te le recommande vivement : N'y plonge surtout pas.... tu risques la noyade.


La version audio est justement là pour t'éviter de prendre des risques.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents