Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Ce que le jour doit à la nuit. (Livre audio) Part 1 - Chap 7

Publié par Fawzi Demmane sur 10 Janvier 2011, 18:13pm

Catégories : #Bibliothèque sonore

 

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782848682464.jpg

 

Ce que le jour doit à la nuit

 

 

PARTIE 1


JENANE JATO

 

CHAPITRE 07.mp3

 

 

 

.... Il disait qu'on pouvait perdre sa fortune, ses  terres et ses amis, ses chances et ses repères. Il demeurerait toujours une possibilité, aussi infime soit-elle de se reconstruire quelque part ; en revanche, si on venait à perdre la face, il ne serait plus nécessaire de chercher à sauver le reste.


Mon père avait dû perdre la face, ce jour-là. A cause de moi. Je l'avais surpris au plus bas de sa décrépitude et cela, il ne pouvait le supporter. Il s'était tant évertué à me prouver qu'il mettait un point d'honneur à ne pas laisser les mauvaises passes ternir son image... Le regard qu'il m'avait jeté en avait décidé autrement... Il est des regards qui en disent long sur la détresse des gens ;  celui de mon père était sans appel.....

 

 

 

 

.... – Dieu n’y est pour rien, mon garçon, m’avait rétorqué mon oncle. Ton père est parti, un point, c’est tout. Ce n’est pas le Malin qui lui a mis la pression ni l’ange Gabriel qui l’a pris par la main. Il a essayé de s’accrocher du mieux qu’il pouvait, puis il a craqué. C’est aussi simple que cela.

 

La vie est faite de hauts et de bas, et personne ne saurait en situer le juste milieu. On n’est même pas obligé de ne s’en tenir qu’à soi-même.

Le malheur qui nous frappe ne prémédite pas son coup. Comme la foudre il nous tombe dessus, comme la foudre il se retire, sans s’attarder sur les drames qu’il nous inflige et sans les soupçonner.

Si tu veux pleurer, pleure ; si tu veux espérer, prie, mais, de grâce, ne cherche pas de coupable là où tu ne trouves pas de sens à ta douleur.

 

 

 


 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents