Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Constructions verbales et pronominalisation (6)

Publié par Fawzi Demmane sur 25 Mai 2011, 10:25am

Catégories : #Grammaire - Conjugaison

 

 

6. Questions diverses


 

Plan du chapitre


Note préliminaire


6.1. Les constructions des principaux verbes impersonnels


6.1.1. La construction “Il V Det N1”
6.1.2. Les constructions “Il V Vinf / à Vinf / de Vinf”
6.1.3. Les constructions “Il V que P” et “Il V que Psubj”

 


6.2. La pronominalisation du complément de nom


6.2.1. La pronominalisation est possible
6.2.2. La pronominalisation est impossible

 


6.3. Récapitulatif


6.3.1. Les pronoms personnels : formes et fonctions


6.4. Annexes


6.4.1. Le cas du verbe croire.
6.4.2. La pronominalisation de l’attribut.


 

 


 


Note préliminaire


Comme son titre l’indique, ce chapitre manque certainement de cohérence dans la mesure où s’y trouvent rassemblées un certain nombre de questions diverses qui n’ont pas pu être traitées dans les chapitres précédents, et qui le sont donc ici par souci d’embrasser le plus largement possible les nombreux aspects posés par le vaste et complexe sujet de la pronominalisation. Entrer dans ce sujet par les constructions verbales nous a semblé la moins mauvaise solution, mais cela n’en permettait évidemment pas un traitement exhaustif, et nous ne sommes d’ailleurs pas persuadé qu’une autre entrée eût donné de bien meilleurs résultats. Nous avons certainement omis de traiter certains points importants. Merci d’avance à qui voudra bien nous les signaler. Mais disons-le d’emblée : sera ajouté tout – et seulement – ce qui nous semblera vraiment utile pour l’enseignement du français comme langue étrangère.

 


6.1. Les constructions des principaux verbes impersonnels


Le tableau ci-dessous fait l’inventaire des constructions – parfois simples et parfois doubles – d’une petite liste de verbes impersonnels parmi les plus fréquents. Nous y avons inclus les présentateurs “voici” et “voilà”, qui, bien que ne se conjuguant pas, possèdent plusieurs caractéristiques des verbes impersonnels.

 


VERBES Det N1      
Vinf     
à Vinf     
de Vinf     
que P      
que Psubj
Il arrive (à N2)


+
+
Il faut (à N2) + +


+
Il manque (à N2) +

+
+
Il n’empêche



+
Il paraît



+
Il reste (à N2) +
+
+
Il s’agit


+

Il se peut




+
Il semble




+
Il vaut mieux
+


+
Il y a



+
Voici / Voilà +


+

 

 

Nous nous bornerons, pour chaque verbe, à donner un ou deux exemples illustrant ses constructions les plus courantes, en renvoyant éventuellement aux chapitres et paragraphes où ces dernières ont été traitées.

 


6.1.1. La construction “Il V Det N1 (à N2)”


- Il faut Det N1 (à N2) :

  • Cet homme, à Max, il le lui faut.
    (Mais : Cet homme, à moi, il me le faut.) (cf. 5.1.1. )
  • De la chance, (à Max), il (lui) en faudrait beaucoup. (cf. 5.1.3. )
  • Combien faut-il d’hommes au général ?Il lui en faut mille de plus.


- Il reste Det N1 (à N2) :

  • De l’argent, (à Max), il (lui) en reste un peu. (cf. 5.1.3. )


- Il manque Det N1 (à N2) :

  • Des vêtements, (à Max), il (lui) en manque plusieurs. (cf. 5.1.3. )


C’est donc un petit groupe assez homogène, auquel nous pouvons associer


-  Voici / Voilà Det N1 :

  • Montre-moi tes mains.Les voilà. (Molière, L’avare) (cf. 4.2.1. )
  • Tu veux du pain ? En voici (un morceau). (cf. 4.2.2. et 4.2.3. )

 


6.1.2. Les constructions “Il V Vinf / à Vinf / de Vinf”


- Il faut Vinf :
Faut-il donc tout laisser ? – Il le faut.


- Il vaut mieux Vinf :
Vaut-il mieux partir ? – Ça vaut mieux. (Var. Il vaut mieux ça .)


Ces deux formes de pronominalisation, que nous n’avions pas encore rencontrées, montrent bien qu’il existe deux types de verbes impersonnels, ceux du type il faut, qui admettent bel et bien un Vinf complément d’objet direct, et ceux du type il vaut mieux, où, sous l’apparence d’un Vinf complément d’objet direct, se cache en fait un Vinf sujet qui est le véritable sujet du verbe. La grammaire traditionnelle appelle ici le pronom il le “sujet apparent” du verbe, par opposition à son “sujet réel”, l’infinitif postposé.


- Il reste à Vinf :
Il reste à examiner beaucoup d’autres sujets.


Malgré l’emploi – probablement explétif – de la préposition à, l’infinitif semble bien être ici aussi le sujet réel du verbe, mais sa pronominalisation est difficile ; on ne peut pas dire *Examiner beaucoup d’autres sujets, ça reste. Mais on peut dire, à la rigueur, Examiner beaucoup d’autres sujets, il reste ça (à faire).


- Il ne manque plus que de Vinf :
La préposition change – c’est de au lieu de à – mais la pronominalisation est aussi difficile que pour il reste. On dira donc :


Il ne manque plus que de fermer l’eau (avant de partir). → Il ne manque plus que ça (à faire).


Note :


  • Pour “Il ne manquerait plus que ça !” (= ce serait le bouquet ! / un comble !), phrase figée exclamative où ça représente une action redoutée, envisagée comme venant éventuellement s’ajouter à d’autres déjà réalisées et tout aussi néfastes, voir 6.1.3. ci-après.


- Il arrive à N2 de Vinf :
Il m’arrive de fumer. → Fumer, ça m’arrive.


L’infinitif est ici le sujet réel du verbe et sa pronominalisation est possible, preuve que de est bien ici un mot explétif, comme nous l’avons vu d’autres fois tout au long de cet exposé.


- Il s’agit de Vinf / de N1 :
Il s’agit d’être ou de ne pas être.


L’infinitif est bien ici le complément essentiel du verbe et non son sujet, comme le prouve la construction “de N1” en regard, et sa pronominalisation est tout aussi impossible ; on tourne de diverses façons :


Être ou ne pas être, voilà de quoi il s’agit / c’est de ça qu’il s’agit / il s’agit de ça.


Idem avec un complément nominal :


De quoi s’agit-il ? – Il s’agit de notre rendez-vous. → Notre rendez-vous, voilà de quoi il s’agit. Etc.

 


6.1.3. Les constructions “Il V que P” et “Il V que Psubj”


La pronominalisation des “que P”, complétives à l’indicatif, est impossible :


- Il (n’en) reste (pas moins) que P : Il (n’en) reste (pas moins) que tu m’as menti.


-  Voici / Voilà que P : Voici que l’hiver approche.


- Il n’empêche que P : Il n’empêche que j’avais raison.


- Il paraît que P : Il paraît qu’il va faire beau.


- Il y a que P : Tu ne manges pas ? Qu’est-ce qu’il y a ? – Il y a que je n’ai pas faim.


La pronominalisation est également impossible pour


- Il semble que Psubj : Il semble que le temps soit en train de changer.


Ce verbe, qui ne connaît donc pas de construction avec Vinf., s’apparente ainsi aux verbes suivis d’une complétive à l’indicatif. Il y a d’ailleurs dans l’usage un certain flottement quant au mode de la complétive ; on ne s’étonnera donc pas de tomber, à l’oral tout du moins, sur des il semble que P + indicatif : Il semble que le temps est en train de changer.


En revanche, la pronominalisation des “que Psubj”, complétives au subjonctif, est, grosso modo, la même que celle des infinitifs (6.1.2.), ce qui montre bien, une fois de plus, que le subjonctif est en quelque sorte une “forme conjuguée” de l’infinitif. 


- Il faut que Psubj : Faut-il que j’aille voir le médecin ? – Il le faut.


- Il vaut mieux que Psubj : Il vaut mieux que je me taise. → Je me tais, ça vaut mieux.


- Il arrive que Psubj : Il arrive qu’on se trompe. → On se trompe, ça arrive.


- Il ne manque(rait) plus que Psubj : Que Max vienne ? Il ne manquerait plus que ça !


- Il se peut / se pourrait (bien) que Psubj : Qu’il pleuve ? Ça se pourrait bien.

 


6.2. La pronominalisation du complément de nom


Notre entrée dans le sujet par les constructions verbales nous a permis d’en traiter la plus grande partie. Cet exposé reste néanmoins à compléter par un aspect de la pronominalisation qui échappe aux constructions verbales et qui est celui de la pronominalisation du complément de nom.


Le groupe formé par un nom et son complément est de la forme « Nx de Ny », où « de Ny » est le complément du nom « Nx ». Le groupe nominal « Nx de Ny » peut avoir dans la phrase diverses fonctions et occuper diverses places.


Note :


  • Ny est généralement un N-h ou un Nh général, et non un Nh particulier : Max a réparé la voiture de Luc. → * Luc, Max en a réparé la voiture est impossible. On dit : Luc, Max lui a réparé sa voiture. Fam. et régional (sud de la France) : Max lui a réparé la voiture.
    Autre exemple, où un Ny humain est visiblement “objectivisé” : Ma mère était à moi, personne ne m’en contestait la tranquille possession. (Sartre)

 

6.2.1. La pronominalisation – qui se fait donc par le pronom-adverbe en dont on connaît bien maintenant les affinités avec la préposition deest possible dans les cas suivants :


- « Nx de Ny » est le sujet d’un verbe d’état :
La solution de ce problème est simple. → Ce problème, la solution en est simple.


- « Nx de Ny » est le sujet d’un verbe intransitif :
La durée de la vie augmente. → La vie, la durée en augmente.


- « Nx de Ny » est le complément d’un verbe transitif direct :
Max a réparé le moteur de sa voiture. → Sa voiture, Max en a réparé le moteur.


- « Nx de Ny » est l’attribut d’un verbe d’état :
Max est l’âme de son groupe d’amis. → Son groupe d’amis, Max en est l’âme.

 


6.2.2. La pronominalisation est impossible – mais compensée par le recours à l’adjectif possessif – dans les cas suivants :


- « Nx de Ny » est le sujet d’un verbe transitif :
Le soleil se leva : ses rayons caressèrent la cime de la montagne.


- « Nx de Ny » est le complément d’un verbe transitif indirect :
Si cette pièce était un tableau, comme on s’extasierait sur sa matière.


- « Nx de Ny de Nz », ou “la cascade” de compléments :
Je revoyais (...) l’antique château (...), la rivière qui baignait le pied de ses murailles.

 

 


6.3. Récapitulatif


 

 

6.3.1. Les pronoms personnels : formes et fonctions



  A B C D
Singulier        
1ère personne je me me moi (*)
2e personne tu te te toi (*)
3e p. mascul. il le lui lui
3e p. féminin elle la lui elle
Pluriel        
1ère personne nous    nous    nous    nous   
2e personne vous vous vous vous
3e p. mascul. ils les leur eux
3e p. féminin elles les leur elles

 

A  : forme utilisée en fonction « sujet ».
B  : forme utilisée en fonction « objet direct ».
C  : forme utilisée en fonction « objet indirect antéposé », sans préposition.
D  : forme utilisée en fonction « objet indirect postposé », avec préposition, ou en fonction « apposition du sujet ».
(*)  : formes également utilisées en fonction « objet direct » après un impératif.


On soulignera notamment l’existence des deux lui , l’un, en D, uniquement masculin (membre du groupe LUI-pp), et l’autre, en C, valant pour les deux genres (membre du groupe LUI-ap) ; et on attirera l’attention, dans les deux premiers exemples cités plus haut en 6.3.1., sur les places respectives des pronoms selon les cas :



On n’oubliera pas enfin de compléter l’information donnée ici par l’examen des mêmes phénomènes lorsque les verbes sont à l’impératif. (Donne-lui-en un morceau, Donne-le-lui, etc.). Cette question est généralement bien traitée dans les grammaires.



6.4. Annexes


6.4.1. Le cas du verbe croire.


Comme nous le disions en note de 4.1.1. , le verbe croire est riche en constructions puisqu’on peut aussi bien croire N1, croire à N1, croire en N1, croire Vinf, croire que P, ... Quelques exemples vaudront mieux que de longues explications :

  • N1 est humain :

Nh0 croit Nh1 : Max croit Luc. → Luc, Max le croit. (= Max pense que Luc lui dit la vérité)

Nh0 croit en Nh1 : Max croit en ses enfants. → Ses enfants, Max croit en eux. (= Il a de l’espoir pour eux)

Cas particulier de Nh : Max croit en Dieu, il croit en Lui. (= Il Lui fait confiance)

  • N1 est non-humain :

Nh0 croit à N-h1 : Max croit à la réincarnation. → La réincarnation, Max y croit.

Plus rarement, Nh0 croit N-h1, sauf si ce N-h1 est un Vinf ou une que P :

  •  
    • Tu crois qu’il va pleuvoir ? – Oui, je crois.
    • Max croit avoir été le seul à ..., du moins c’est ce qu’il croit.
  • Locutions figées :

À vous en croire, ...
Je n’en crois pas mes yeux / oreilles !

 


6.4.2. La pronominalisation de l’attribut.


Il y a effectivement une construction verbale à laquelle nous n’avons pas jugé nécessaire de consacrer un chapitre mais que nous ne pouvons pas passer ici totalement sous silence : la construction “N0 Vétat N1”, où Vétat est un verbe d’état et où N1 est donc, dans les termes de la grammaire traditionnelle, “attribut” de N0. Ici, les choses sont extrêmement simples puisque la règle s’écrit en toutes circonstances :


Règle : N0 Vétat N1→ N1, N0 le Vétat

 

le  : pronom personnel neutre et invariable.

La petite liste des verbes d’état est bien connue : être, rester, demeurer, paraître, sembler, devenir, ...

L’attribut N1 peut être un nom, un adjectif, un participe passé, ou encore une locution adjectivale.


- Max est-il ici le maître ? – Il l’a été et il le reste.


- Léa est-elle intéressante ? – Je ne sais pas si elle l’est mais elle le paraît.


- Léa a-t-elle été aimée par Max ou par Luc ? – Elle l’a été par Luc, en tout cas.


- Luc est-il de bonne compagnie ? – Il ne l’a pas toujours été mais il l’est devenu.

 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents