Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Le jour et la nuit

Publié par Fawzi Demmane sur 3 Mars 2011, 17:17pm

Catégories : #A vos plumes !

 





 


LE JOUR : J'ai peur, peur de vivre seul ton obscurité !

LA NUIT : J'ai peur, peur de ton éclat qui me dévoile.

LE JOUR : Sois moins sombre, sois de velours et d'ambre ; laisse mes rayons te glisser sur les mains...

LA NUIT : Suis le bruit feutré de mes pas, suis mon sillage embaumé, que ton souffle m'enveloppe et m'étreint, car je ne peux me retourner...

LE JOUR : Je le fais ! C’est toi qui me fais rêver. Secoue pour moi ta chevelure de jais, appelle les étoiles à te parer…

LA NUIT : Les étoiles sont là déjà, adoucit juste ta lumière et tu en sentiras la soyeuse caresse sur tes lèvres opales.

LE JOUR : Pourquoi t'éloigner de moi ? Pourquoi tu pars et tu m'oublies à chaque fois?

LA NUIT : T'oublier ? Comme si je pouvais ! Existerais-je seulement si mes tempes endolories ne pouvaient baigner dans ta clarté ?
LE JOUR : Je vis de ton silence, ta fragilité, tes folies.

LA NUIT : Je vis en ton absence, tes blessures et tes bruits.

 

 

 

Texte coécrit avec Anonyme, le 03/03/2011


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Majdouline 07/03/2011 15:39



J'ai beaucoup admiré ce contact et cette complémentarité entre le jour et la nuit . Si je peux me permettre j'ajouterai:


Le jour: Au matin, je suis le printemps, à midi, je suis l'été, au coucher, je suis l'automne.


La nuit: Je suis toujours l'hiver, mais, je suis le silence, la purification et la régénération. 



Blanche Colombe 05/03/2011 00:43



Je retrouve chez toi ce lyrisme et cette souplesse de la phrase qui fait planer. Il y a aussi un jeu sur les sonorités ( assonance et allitération) qui est d'une spontanéité déconcertante et qui
contribue à octroyer au poème cette beauté qui lui est propre.

Je trouve la chute magistrale avec cette petite touche de jeu sur le parallélisme, avec cette subtilité exquise que confère le jeu sur les prépositions.

Bref, tout ça pour dire :" Mais c'est bougrement excellent mon vieux!"
;)



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents