Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Le résumé

Publié par Fawzi Demmane sur 22 Avril 2010, 12:25pm

Catégories : #Techniques d'expression


Présentation


Il y a plusieurs manières de rendre un texte en moins de mots, ce qui entraîne souvent de la confusion dans l’usage des termes. Il faut donc toujours s’assurer de l’objectif réel de l'exercice et demander des précisions au besoin.

Une première approche consiste à rester le plus fidèle possible au ton, au style et à l'organisation du texte original, tout en produisant un texte plus court. Dans cette catégorie, on trouve le résumé, le condensé et l'abrégé. Le résumé fait l'objet de ce module.

Une seconde approche vise à faire un rapport concis du propos de l'auteur, en y ajoutant des commentaires permettant d'en reconnaître la valeur. Dans cette catégorie figurent les différentes variétés de comptes rendus et de synthèses bibliographiques.

Enfin, parmi diverses autres manières d'exposer une matière de façon plus concise, on trouve les fiches personnelles de lectures, le mémento personnel, l'explication de texte, le chapeau d'un article, le précis, l'aide-mémoire et le tableau synoptique. Chacune de ces manières de faire possède sa vocation spécifique.


Définition du résumé


Résumer, c'est recomposer un texte où l'on exprime avec un minimum de mots les idées, les arguments, le mouvement même de la pensée de l'auteur, en restant fidèle, dans la mesure du possible, à son esprit et son ton. En fait, un résumé, c'est un texte réécrit dans un espace limité. Il doit donc aller à l'essentiel.

Le résumé est un outil important pour toute recherche ou présentation en sciences humaines car il condense l’argumentation et ainsi rend plus aisé les critiques et comparaisons.

 

 

Principes généraux

Pour réussir un résumé, il est indispensable de suivre deux règles : rester fidèle au texte et en faire un exposé clair et cohérent.


Fidélité au texte

Pour être fidèle au texte, il faut exprimer exclusivement la pensée de l'auteur, respecter ses idées, son style et le ton employé, éviter toute interprétation ou rectification de sa pensée. Il ne faut rien ajouter au texte, mais aussi ne rien retrancher de ce qui est essentiel. L'exercice consiste à éliminer l'accessoire et à conserver la totalité de ce qui est important. En résumant, on doit retrancher du texte tout ce qui est purement illustratif et anecdotique. En présence d'exemples, de souvenirs ou d'un récit, on s'efforce d'effectuer une synthèse afin de retrouver une réflexion et une intention démonstrative qui seules doivent figurer dans le résumé. En gros, il s'agit exclusivement de résumer non seulement le texte, mais la pensée de l'auteur. Dans le résumé, il est donc primordial de s'abstenir de ses propres réflexions. C'est là que réside la différence principale entre le résumé et le compte rendu critique où il s'agit non seulement de résumer mais aussi de donner une opinion sur le texte en question.

Exposé clair et cohérent

La cohérence d'un résumé n'est possible que s'il est bâti autour de l'idée directrice du texte à résumer. Au cas où l'idée directrice serait mal présentée par l'auteur, il faut alors regrouper ses idées secondaires afin de proposer une argumentation logique et non une série de résumés de paragraphes sans suite logique.

 

 

Directives pratiques

Du point de vue pratique, la rédaction d'un bon résumé exige de savoir lire le texte, bâtir un schéma et soigner la présentation matérielle du résumé.

 

Étape 1: lire

  • Lire globalement le texte afin d'en saisir les idées principales. Après la lecture complète du texte, on devrait être en mesure de dégager le ou les thèmes soulevés par l'auteur, son intention, c'est-à-dire ce qu'il cherche à démontrer, à expliquer ou encore à dénoncer, ainsi que son point de vue sur la question abordée dans le texte.
  • Procéder à une relecture avec un crayon en main. Tout en prenant connaissance du texte, il faut se poser ces questions qui guideront la lecture.
    • De quoi s'agit-il ?
    • Quel est le problème posé  ?
    • Quelles sont les idées principales de l'auteur ?
    • Quelles sont ses idées secondaires ?
    • Quels résultats ou quelles solutions l'auteur propose-t-il ?
  • Identifier les mots clés ainsi que les phrases qui développent une idée importante, soit en les transcrivant, soit en les marquant (si on possède un exemplaire du document -- on évite naturellement de marquer  les documents empruntés à une bibliothèque, à un professeur ou à une autre personne à moins qu'on en ait ait expressément reçu la permission).
  • Encadrer les idées importantes, les paragraphes significatifs en relation avec la série de questions mentionnées plus haut.
  • Regrouper les paragraphes ou l'auteur traite d'un même point et les numéroter.
  • Prêter attention aux mots de liaison (prépositions et locutions prépositives, conjonctions et locutions conjonctives) puisqu'ils pourraient aider à mieux comprendre l'articulation du texte.

 

Étape 2: schématiser

Cette première étape franchie, il convient maintenant de bâtir le schéma du résumé, c'est-à-dire le plan de l'argumentation dépouillée de tout élément superflu, qui consiste à...

  • présenter en introduction les objectifs de l'auteur, y compris, le cas échéant, sa problématique et ses hypothèses

  • identifier les idées principales et les idées secondaires de chaque partie, en particulier, s'il s'agit d'un texte scientifique, le raisonnement et les arguments de l'auteur

  • présenter en conclusion les solutions ou résultats proposés par l'auteur.

 

Étape 3: rédiger

Les directives qui suivent constituent des recommandations fondées sur l'expérience de l'auteur. Le cas échéant, la rédaction du résumé doit impérativement tenir compte des exigences de la personne qui l'évaluera. On ne saurait trop insister ici sur la distinction déjà mentionnée entre le résumé dont il est question ici et le compte rendu, une distinction que trop de personnes ignorent.
  • On rédige un résumé, de préférence à la troisième personne, sous forme de texte suivi, en évitant d'utiliser des expressions comme « l'auteur dit que… », « il mentionne que… », etc. Il ne faut pas oublier que résumer, c'est réécrire un texte en se mettant dans la peau de l'auteur : il faut en effet que le résumé puisse se lire comme s'il venait de la plume même de l'auteur.
    • Dans certaines circonstances très particulières, on peut tolérer l'usage de la première ou de la seconde personne, plutôt que la troisième, pour respecter le contexte ou le ton du document résumé. C'est le cas, par exemple, de certains discours dans lesquels l'auteur adopte une approche très personnelle.
  • Comme un résumé, c'est un texte réécrit dans un espace limité, en restant fidèle à l'auteur, il n'y a pas lieu d'utiliser de guillemets si on cite littéralement le texte ni de notes en bas de page.
    • Dans un nombre croissant d'établissements d'enseignement, dans le cadre d'une vigoureuse campagne contre le plagiat, on insiste pour que toute citation d'un texte figure entre guillemets et renvoie à une source bibliographique précise. Si bien intentionnée que soit cette norme, à proprement parler, l'exercice que constitue le résumé devrait échapper à cette règle. Les étudiants et étudiantes devraient cependant s'assurer que c'est aussi l'avis de la personne qui corrigera leur résumé...
  • Le nombre de paragraphes découle du schéma adopté. En principe, dans un résumé comme dans n'importe quel autre texte, chaque paragraphe doit correspondre à une idée distincte.
    • S'il s'agit d'un résumé plutôt court (moins de 300 mots), il peut, à la rigueur, tenir en un seul paragraphe, mais ce n'est pas recommandé.
    • En règle générale, on doit éviter les paragraphes très longs ou une succession de paragraphes très courts.
    • Le cas échéant, tout sous-titre doit être conforme à l'original. On omet habituellement tout sous-titre si le résumé comprend moins de 300 mots.
  • Il est difficile d'indiquer une longueur optimale pour un résumé : elle dépend d'un grand nombre de facteurs, notamment la longueur et la complexité du texte à résumer.
    • S'il s'agit d'un exercice scolaire, on exige habituellement des résumés variant entre 300 et 800 mots.
    • La plupart des logiciels de traitement de texte permettent de compter les mots d'un document.
    • Quant un texte doit être annoté ou corrigé, il est recommandé de l'imprimer à double interligne. Si la longueur imposée est exprimée en pages plutôt qu'en mots, il faut bien s'assurer de l'interligne prescrite et de la taille de la police. En l'absence d'indication précise, on utilisera une police Times Roman de taille 12.
  • Tout en tenant compte de ce qui précède, il faut toujours respecter les conventions de style, de longueur et de présentation matérielle imposées par la personne qui doit lire, corriger ou publier le résumé.

 

 

 

 

 

Accueil                                

Sans-titre.jpg

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents