Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Littérature Maghrébine d'Expression Française : pourquoi écrire et pour qui écrit-on ?

Publié par Fawzi Demmane sur 29 Mars 2011, 12:01pm

Catégories : #Littérature maghrébine

 

 

 

  " Littérature Maghrébine d'Expression Française :

pourquoi écrire et pour qui écrit-on ? "

 

Il en est des littératures singulières comme des littératures plurielles : immanquablement, elles dérangent, dérangent et dérangent encore tous les ordres préétablis qui ignorent superbement l'humanité des hommes assoiffés de pouvoir temporel. Néanmoins, singulières ou bien plurielles, les littératures du monde ont ceci de commun : un sens réflexif dont le devenir paradoxal est une force de réconciliation et de connivence travaillant au comportement esthétique, à l'expression de la sensibilité personnelle et à la compréhension de la tolérance.


Mais ! … Et si tout cela n'était que fiction ! Le produit d'une imagination en mal d'être et de devenir ; une puissance d'imagination dominée par une surconscience linguistique hantée par le verbe et la plume … Mais ! … Et si seul un exercice d'imagination pouvait libérer les littératures, à la fois singulières et plurielles, de leurs angoisses … Et si la Littérature maghrébine d'expression française s'interrogeait et interrogeait ses Textes le temps d'une auto-réflexion, le contre-temps d'un séminaire.


Les rapprochements sont toujours possibles. Celui de la Littérature maghrébine d'expression française offre des perspectives de lecture et de recherche fécondes en éléments linguistiques et culturels. Il suffit de considérer que le concept énergique d'écriture chez les écrivains maghrébins d'expression française ne va pas de soi car il désigne une littérature produite dans une langue qui pour être la langue de l'Autre n'est pourtant pas tout à fait étrangère. La question de sa légitimité, notamment au plan de la langue, est dès lors prégnante. L'hybridité linguistique traverse ainsi l'essence de cette littérature dont le rattachement à un espace géographique particulier, l'appartenance à une aire culturelle différente, appellent des savoirs encyclopédiques qui sollicitent chez le lectorat un effort interprétatif supérieur. C'est affirmer de fait la tendance du lecteur à donner vie aux univers de sens et de significations sous-jacentes au drame de l'écriture maghrébine.


Aussi, l'écrivain maghrébin maghrébinise-t-il la langue de l'Autre. Maghrébiniser la langue française d'emprunt et se l'approprier, vieux rêve mythique des écrivains maghrébins qui engendrent et embellissent ainsi des textes rhizomes dont l'expression se conjugue en une mouvance langagière et culturelle propre à une littérature à l'expérience incontestablement ouverte sur l'altérité. De surcroit, cela suppose une communauté rapprochée d'écrivains-lecteurs maghrébins pour laquelle l'identité du dire de l'auteur dépend de manière irréfragable de l'identité du lecteur réclamé par le Texte maghrébin.


La centration de la problématique sur le couple : Ecriture-Lecture de la littérature maghrébine d'expression française soulève la question des stratégies d'écriture et de lecture qui ne peuvent être perçues d'un point de vue unique et unifié. Parler de stratégies n'a de sens qu'en référence à une conception ouverte de la littérature comme activité mentale constructive de l'individu. Il importe donc de réfléchir à la légitimité de la littérature maghrébine d'expression française, à sa valeur, à son importance et à ses lecteurs; il nous importe aujourd'hui de savoir. " Mais c'est peut-être le propre du savoir […] : plutôt que de nous enfermer dans les réponses, il maintient salutairement les questions." (T. Todorov)

 

 

Mme Radhia Aissi

Commenter cet article

Ame sensible 30/03/2011 13:21



« Tout homme est créé pour dire la vérité de sa terre », affirme l'écrivain martiniquais  Édouard Glissant. Tel est aussi le projet des littératures francophones : dire une vérité, soutenir
une identité souvent mal assurée, occultée, refusée, aliénée. Mais la variété des situations francophones impose la plus grande diversité dans le choix des thématiques et des stratégies
d'écriture. On a longtemps hésité avant d'accorder l'autonomie aux domaines littéraires francophones. On les a d'abord nommés littératures « régionales », « périphériques », « d'outre-mer », «
d'expression française »... L'Encyclopédie de la Pléiade les rangeait en 1958 parmi les « littératures connexes ». Tant est grande la force du centralisme français.Ces littératures francophones
au pluriel qui sont les ensembles particuliers de textes littéraires de langues française qui renvoient à des pays où régions hors de l'Hexagone dont il contribuent a construire l'identité ) se
sont lentement affirmées à partir de la seconde moitié du XXème siècle cependant aujourd'hui elles ont réussit à s'affirmer en tant que littératures autonomes dans la mesure où l'on ne parle plus
aujourd'hui de roman français  on dit plutôt roman universel .




Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents