Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


N'ayons pas peur des mots !

Publié par Fawzi Demmane sur 6 Octobre 2010, 14:37pm

Catégories : #Salle des Profs.

[dictee.jpg]

 

Le retour en force de la dictée pourrait être associé à une vision passéiste de l'enseignement du français. Pourtant, nous croyons qu'elle demeure un outil intéressant pour l'enseignement de la grammaire et qu'elle peut également se révéler efficace pour l'apprentissage et le perfectionnement de l'orthographe d'usage de même que pour l'initiation à un vocabulaire spécialisé.

 

Au moment d'un premier contact avec un groupe, que ce soit à l'intérieur d'un cours de mise à niveau ou d'un cours régulier, nous utilisons la dictée diagnostique dans le but de dresser un tableau des principales difficultés des étudiants, ce qui nous permet de cibler nos interventions. Mais l'avantage principal de cet outil consiste en l'enrichissement du vocabulaire, tant du point de vue sémantique qu'orthographique. Il s'agit en fait d'un exercice complémentaire à la lecture et à la rédaction. Plus que la lecture, la dictée incite les élèves à s'interroger sur le sens et l'orthographe d'un mot ; plus que la rédaction, elle les oblige à utiliser une terminologie spécialisée, qu'ils éviteraient certainement dans un texte de leur cru. Une dictée portant sur un auteur, par exemple, peut servir d'entrée en matière à l'étude d'un courant littéraire, d'une époque, d'une société. Elle peut aussi renforcer l'acquisition de termes particuliers employés dans des domaines divers : sociologie, économie, sciences, etc.

 

Au fil du temps, nous avons constaté que la confusion d'homonymes constitue un des problèmes les plus fréquemment rencontrés dans les textes d'étudiants. La dictée, quel qu'en soit le sujet, contient forcément des homophones simples, tels que a/à, ce/se, ses/ces/s'est/c'est, etc. L'élève doit d'abord repérer le « piège », ce qu'il n'a pas à faire dans un simple exercice, et il doit ensuite s'interroger sur la nature du mot, puis choisir l'orthographe appropriée. De ce fait, il met en pratique ses connaissances syntaxiques et sémantiques afin d'éviter d'écrire, comme certains : « Ce professeur est le récipient d'air du prix Nobel. » ou encore « Il découvrit le poteau rose. » ...

 

De plus, les allophones bénéficient de l'exercice parce que l'audition de textes dictés les familiarise avec les sons de la langue française et les multiples façons de les orthographier. On n'a qu'à penser aux mots formés avec le son « o », qui revêtent différentes graphies. Nous sommes aussi tentés de croire que cet exercice n'est pas superflu pour plusieurs de nos élèves...

 

Pour une efficacité accrue, la correction de la dictée doit être le point de départ d'une autocorrection. Non seulement permet-elle une rétroaction en grand groupe puisque le texte est commun, mais elle place l'élève devant ses propres difficultés. Commence alors pour lui le véritable apprentissage, qui peut être enrichi au besoin d'exercices supplémentaires personnalisés.

 

Il reste que le choix des textes à dicter n'est pas toujours facile. Ils doivent respecter le niveau de nos élèves. Il faut éviter de les décourager avec des textes « à la Pivot », et stimuler leur intérêt avec des sujets tenant compte de leur réalité sans pour autant négliger l'ouverture à d'autres cultures et d'autres époques.

 

Finalement, cet outil pédagogique qu'est la dictée est efficace et, malgré tout ce qu'on peut en penser, apprécié des élèves. En élargissant leurs connaissances lexicales, il favorise la lecture et la rédaction de textes plus complexes.

 

 

Posté par Fouzia, le 06/10/2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eric 09/10/2010 18:31



Très juste. Et sans compter la part d'imprégnation que livre un beau texte de dictée qu'on peut (et qu'on doit !) relire au moins trois fois sans que cela ne paraisse une aberration aux
étudiants...



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents