Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Paroles de saisons !

Publié par Fawzi Demmane sur 6 Août 2010, 09:28am

Catégories : #A vos plumes !

 

3346453380_3d28a5eb23_b.jpg

 

Paroles de saisons !

 

 L    - La pluie :

L’hiver m’invite et je ne pense pas pouvoir lui résister

C’est drôle, je ne me sens moi qu’en hiver.


Le   - Le vent :

C’est beau ça !


La   - La pluie :

Oui…Déjà son froid me nargue !


Le   - Le vent :

L’hiver t’invites ?j’ai envie de commenter cette phrase mais j’hésite et je ne sais pas pourquoi


La   - La pluie :

Laisse tes mots vagabonder ,respirer, c’est un moment unique de partage y’en a pas beaucoup comme nous qui parlent de l’hiver, du sable ou de la mer. Le quotidien tue tout cela chez les autres.


Le   - Le vent :

Je me pose souvent la question : qu’est-ce qui peut lier deux âmes par une froide nuit d’hiver ? Par quelle magie pourraient-elles arriver à se reconnaître, à se comprendre sans même se parler ?


La   - La pluie :

Et quelle question ! Peut-être la magie du destin.


Le   - Le vent (un silence) :

Pluie mon amie, les mots m’échappent.


La   - La pluie :

C’est ton silence qui transmet le plus, ce silence qui parle, qui ose, qui dit…


Le   - Le vent :

Deux mots mystérieux demeurent une énigme pour moi : le silence et l’absence. Ne dit-on pas que l’absence ressentie est la meilleure des présences ?


La   - La pluie :

Oh que c’est intense et que c’est beau !

 

Le   - Le vent :

Pareil pour le silence, le silence qui ravive, le silence qui tue, le silence qui dit, le silence qui….


La   - La pluie :

Le silence qui protège, prend soin, couve, adopte…


Le   - Le vent :

Il est des silences qu’on cherche, dont on a besoin.


La   - La pluie :

C’est vrai. Parfois on l’invite à notre table et on paie l’addition juste pour qu’il soit là.


Le   - Le vent :

Oh que c’est beau.


La   - La pluie :

Vent mon ami, c’est grâce à ton silence, lui qui ravive mes sens. Ce silence qui nous emmène là où les rêves sont permis.


Le   - Le vent :

Dommage que ces rêves demeurent des rêves.


La  - La pluie :

C’est là toute la magie… Tu n’as toujours pas commenté ma phrase : « l’hiver m’invite ». Serais-tu jaloux de l’hiver ?


Le   - Le vent :

Non. Car l’hiver c’est toi. L’hiver c’est moi.


La   - La pluie :

Crois-tu que si j’accepte son invitation, il pourrait supporter mon silence ?


Le   - Le vent :

Tu ne réalises toujours pas le pouvoir de l’hiver… Y a-t-il une autre saison plus patiente que lui ?


La   - La pluie :

Tu as raison. Mais mon silence sera lourd ; je n’oserai lui faire supporter cela.


Le   - Le vent :

Ces nuits, aussi longues soient-elles, sauront assumer. Elles sauront interpréter.


La   - La pluie :

Et si par besoin, je me décidais à parler, m’écoutera-t-il jusqu’au lever du jour ?

 

Le   - Le vent :

L’une des qualités de l’hiver, c’est la patience.


La   - La pluie :

Le sommeil, ne jouera-t-il pas contre moi ?


Le   - Le vent :

Il est patient donc il veille.


La   - La pluie :

Sera-t-il convoité par les étoiles ? Me laissera-t-il tomber ?


Le   - Le vent :

Le fera-t-il à ton avis ?


La   - La pluie :

… A moins que ma voix ne lui réchauffe plus le cœur, ou que ma rime déserte son âme.


Le   - Le vent :

Toi, pluie… Essaie. Qu’est-ce qui te retient ?


La   - La pluie :

Je voudrais qu’il m’ouvre les volets de son univers, qu’il m’adopte les yeux fermés. Moi qui dépend des ses longues nuits. Tu crois que je réussirais ?


Le   - Le vent :

A cette question, il n’y a que toi seule qui puisses y répondre.


La   - La pluie :

J’ai besoin qu’il me fasse signe, que sa fraîcheur m’inonde et que sa brise défasse ma chevelure.


Le   - Le vent :

Pour cela, je cours ouvrir moi-même ses volets. Pour toi je le ferai. Je sais que ses bras seront ouverts pour te couvrir, défaire ta chevelure. Mais il est parfois dur, l’assumeras-tu ?


La   - La pluie :

Je porterai mon châle. Je couvrirai mes mains.


Le   - Le vent :

Elles sont si froides tes mains. Elles ont besoins d’être réchauffées. Viens. Approche. Juste ici, devant cette cheminée.

 

La   - La pluie :

C’est vrai, je le sens. Elles commencent à se réchauffer. Car l’hiver m’a tout dit. Tout confié. Il est prêt à m’adopter en silence. Il doit juste savoir quand est-ce qu’il doit ouvrir et fermer ses volets.


Le   - Le vent :

Dis, avait-t-il été injuste au moins une seule fois envers toi ?


La   - La pluie :

Je ne répondrai à cela qu’en sa présence. D’ailleurs je ne serai pas seule, je serai accompagnée. Sera-t-il d’accord ?


Le   - Le vent :

Pas seule ?


La   - La pluie :

Oui. Je serai enlacée par deux si belles « vérités ». Vent mon ami, pourrais-tu me rendre un service ?


Le   - Le vent :

Toujours.


La   - La pluie :

Dis-lui que, parole de saison, il ne sera pas déçu.


Le   - Le vent (ému) :

Promis. Je le lui transmettrai.

 

Commenter cet article

Fawzi Demmane 14/08/2010 02:58



.... posseder un savoir, c'est se rapprocher de la  sagesse ...


Que de sagesse retenue à travers votre commentaire !!!! Soyez le bienvenu Farid : vos commentaires honorent le blog, qui se veut un espace de pur échange de connaissances et de savoirs,
ainsi que son proprio qui epprouvent tant de plaisir à vous lire.



fkhabbab 13/08/2010 03:49



...  l'image du republicain V.HUGO qui a bercé notre enfance de ses romans de la real-politique du temps, sa legende des siecles ou il consacre une poesie à notre prophete Mohamad (bsl) nous
incite à l'honnorer , à connaitre sa plume et à apprendre son usage pour etre à meme d'aimer l'homme et l'oeuvre dans son langage, nous algeriens comme une seconde langue maternelle apres
l'arabe, ce qui rare pour un peuple et nous devrions etre fiers de cet acquis et remercier ceux qui oeuvrent pour que ceci soit à la portée de tout un chacun de toute genération, car posseder un
savoir, c'est se rapprocher de la  sagesse ... salem...



Fawzi Demmane 12/08/2010 18:34



Allahoumma taquabbala minna wa minkoum... et sahha ftourek (multipliée par 30) une chaque soir !


 



Fouzia 11/08/2010 18:27



A l’occasion du  Ramadhan El Moubarak, permets-moi de te présenter mes voeux et te souhaiter RAMADHANE KARIM inchallah.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents