Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Quelle orthographe !

Publié par Fawzi Demmane sur 11 Octobre 2011, 10:35am

Catégories : #A vos plumes !

 

 

 

Ces dernières décennies plus que jamais, l’orthographe est devenue un sujet houleux. L’écart entre ce qui est dit et ce qui est lu est à ce point grand qu’écrire correctement est bien souvent une compétence réservée aux  « culturellement favorisés ». Le mot « orthographe » est lui-même un amas de pièges successifs. À l’heure actuelle, personne ne peut dire maîtriser complètement l’orthographe, pas même Liliane Balfroid ni Bernard Pivot… Cette orthographe si redoutée, n’est pas innée. Ardue, elle s’acquiert progressivement, et très rarement, voire jamais, de façon totale. Pourtant, beaucoup de ceux qui la possèdent assez bien refusent de se la voir retirer. Approcher l’écriture par le biais d’une autre orthographe leur est impensable. Comme s’il fallait que les autres souffrent autant pour obtenir le bien qu’ils ont peiné à s’approprier… En découle ce constat, affligeant mais réaliste : l’orthographe, miroir des positions sociales.

Il est indéniable que bien écrire (mais qu’est-ce que  « bien » écrire ?) ne s’apprend pas en une heure. Cela demande du temps, comme cela demande une certaine aptitude à faire abstraction de son esprit logique. Comment expliquer, rationnellement, le fait que paon se prononce /pã/ et que brun se prononce de la même façon que brin alors qu’ils ne s’écrivent pas pareils ? Pourrait-on, dès lors, envisager l’émergence d’une orthographe nouvelle, plus simple et plus  « sensée » ?

Pensant que le terme était issu de la racine latine pondus, quelques humanistes décidèrent, antan, de réécrire pois en poids. Quelle erreur fut commise, puisque le terme vient de pensum ! Si l’acte est né d’une volonté de rendre cohérente l’orthographe, il a cependant fortement contribué à la hausse de sa difficulté…

Lorsqu'on observe l’évolution orthographique, il est étonnant de constater que presque toutes les réformes se sont imposées sans trop de difficultés. Les réformes des XVII et XIXe siècles n’ont pas eu besoin de souffrir pour remporter la bataille. Ce n’est que depuis la seconde moitié du XXe que les réformes ne passent plus. Essayez de remettre un travail universitaire en y omettant chacun des accents circonflexes tel que le préconise le décret ; vos quelques pages vous seront rendues ornées d’une montagne d’accents rouges, peut-être accompagnée de cette remarque : « orthographe !! ». La réforme n’a donc pas eu raison de l’ancienne orthographe. Dix-huit ans après, on continue à refuser l’orthographe « nouvelle » et par ailleurs peu répandue (forcément…).

Le sujet est vaste ; il y aurait encore bien des éléments à apporter. Cet article se veut seulement relever quelques-uns des problèmes occasionnés par l’orthographe française, problèmes qui ne se posent d’ailleurs pas dans toutes les langues…

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents