Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Ruy Blas (Extrait)

Publié par Fawzi Demmane sur 29 Octobre 2010, 18:28pm

Catégories : #Le poème de la semaine

http://image.toutlecine.com/photos/r/u/y/ruy-blas-1947-06-g.jpg

 

 

 

 

 

 

 

LA REINE.

[...]
Je vous voyais. Votre œil, irrité sans furie,
Les foudroyait d'éclairs, et vous leur disiez tout.
...Vous me sembliez seul être resté debout !
Mais où donc avez-vous appris toutes ces choses !
D'où vient que vous savez les effets et les causes?
Vous n'ignorez donc rien? D'où vient que votre voix
Parlait comme devrait parler celle des rois ?
Pourquoi donc étiez-vous, comme eû été Dieu même
Si terrible et si grand?

RUY BLAS.

Parce que je vous aime !
Parce que je sens bien, moi qu'ils haïssent tous,
Que ce qu'ils font crouler s'écroulera sur vous !
Parce que rien n'effraie une ardeur si profonde,
Et que pour vous sauver je sauverais le monde!
Je suis un malheureux qui vous aime d'amour.
Hélas ! je pense à vous comme l'aveugle au jour.
Madame, écoutez-moi. J'ai des rêves sans nombre.
Je vous aime de loin, d'en bas, du fond de l'ombre;
Je n'oserais toucher le bout de votre doigt,
Et vous m'éblouissez comme un ange qu'on voit!
—Vraiment, j'ai bien souffert. Si vous saviez, madame,
Je vous parle â présent. Six mois, cachant ma flamme,
J'ai fui. Je vous fuyais et je souffrais beaucoup.
Je ne m'occupe pas de ces hommes du tout.
Je vous aime.—O mon Dieu, j'ose le dire en face
A votre majesté. Que faut-il que je fasse?
Si vous disiez ; meurs! je mourrais. J'ai l'effroi
Dans le cœur. Pardonnez !

LA REINE.

Oh ! parle ! ravis-moi !
Jamais on ne m'a dit ces choses-là. J'écoute !
Ton âme en me parlant me bouleverse toute.
J'ai besoin de tes yeux, j'ai besoin de ta voix.
Oh! c'est moi qui souffrais! Si tu savais! cent fois,
Cent fois, depuis six mois que ton regard m'évite...
—Mais non, je ne dois pas dire cela si vite.
Je suis bien malheureuse. Oh ! je me tais, j'ai peur ! [...]


                                                                                   

Victor Hugo

 

 

Posté par Blanche Colombe.

 

 


Commenter cet article

Fouzia 30/10/2010 20:42



Fawzi, tu te rend compte de cette beauté ?


oui, je te le dis et je ne sais vraiment pas pourquoi, ou plutôt croyant que tu deviens insensible à certaines choses.


 


Fouzia



Fawzi Demmane 30/10/2010 22:16



On a souvent tendance à jauger les autres à sa propre jauge, selon ce qu'on est. Sauf qu'on oublie souvent que certaines profondeurs sont insondables.



anonyme 30/10/2010 00:06



Telle une voix qui se désaccorde,


Telle une brise qui souffle sur un océan perdu


Telle une branche qui se désintègre de son arbre pendu


Tel un pardon qui se fige là où les rêves sont permis!



Fawzi Demmane 30/10/2010 19:15



" Si tu veux faire de ta vie un maillon d'éternité et rester lucide jusque dans le coeur du délire, aime..Aime de toutes tes forces, aime comme si tu ne savais rien faire d'autre, aime à rendre
jaloux les princes et les dieux. car c'est en l'amour que toute laideur se découvre une beauté....


....Celui qui passe à côté de la plus belle histoire de sa vie n'aura que l'âge de ses regrets et tous les soupirs du monde ne sauraient bercer son âme... "


 


Yasmina Khadra.



Fawzi Demmane 29/10/2010 23:05



Telle une pluie qui n'attendait qu'un avril pour irriguer les veines d'une saison qui a soif.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents