Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Si j'étais le Grand Maître...

Publié par Fawzi Demmane sur 26 Mai 2011, 10:24am

Catégories : #A vos plumes !

 

 

Si j'étais le Grand Maître...

Je t'offrirais....

 

Mais est-il d'autre don bienfaisant

Que l'amour sincère des cœurs ?

 

En vérité, si j'étais le Maître,

Selon ton souhait et le mien,

Je te saisirais dans ma confiance infinie.

Et tu te réjouirais de voir

Que mon Amour est au-dessus des créatures.

 

Tu dominerais toutes les vicissitudes du sort

Que dominent elles-mêmes les battements du coeur.

 

Si tu tenais entre tes mains le cœur du Maître du monde

Tu disposerais facilement des étoiles et des foudres,

De tous les soleils brillants dans les cieux,

Et de toutes les mers montantes à l'assaut de la terre.

 

 

 

 

Commenter cet article

Blanche COLOMBE 28/05/2011 11:47



Jolie méditation, quoique un peu amère. Je vais vous dire pourquoi. Le  locuteur construit son raisonnement sur une hypothèse irréalisable :"Si j'étais, Le Maître du monde... Si j'étais le
Maître..., je.. tu...", on est dans l'irréel du présent, l'irréalisable. Et le poème se termine sans qu'on ait, comme dans le poème de Ronsard par exemple, ce retour à la réalité qui conforte,
qui donne une lueur de sérénité, un espoir



anonyme 26/05/2011 23:24



salem


je n'ai pas compris votre poème



Fawzi Demmane 26/05/2011 23:30



Si j'étais le Grand Maître, je vous l'expliquerais.



Majdouline Borchani 26/05/2011 18:26



Si j’étais Jupiter, Sinope, vous seriez


Mon épouse, Junon ; si j’étais Roi des ondes,


Vous seriez ma Téthys, Reine des eaux profondes,


Et pour votre maison les ondes vous auriez.


 


Si la terre était mienne, avec moi vous tiendriez


L’empire sous vos mains, dame des terres rondes,


Et dessus un beau coche, en belles tresses blondes,


Par le peuple en honneur Déesse vous iriez.


 


Mais je ne suis pas Dieu, et si ne le puis être


Le Ciel pour servir seulement m’a fait naitre,


De vous seule je prends mon sort aventureux.


 


Vous êtes tout mon bien, mon mal, et ma fortune


S’il vous plaît de m’aimer, je deviendrai Neptune,


Tout Jupiter, tout Roi, tout riche et tout heureux.


 


        Pierre de Ronsard, Les Amours, sonnet XLII



Anonyme 26/05/2011 13:35



Le dernier quatrain est d'une puissance rare. bravo !



anonyme 26/05/2011 12:04



 


 


Une MERVEILLE...tout simplement .


Quand au texte ...vraiment si bien écrit que chaque mot "parle" au  lecteur .


UN merci pour cette sublime escapde matinale  à travers le mot et la note .



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents