Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Victor Hugo à Juliette Drouet.

Publié par Fawzi Demmane sur 1 Janvier 2011, 13:04pm

Catégories : #Correspondances célèbres

 

 

 

Quand tu liras ce papier, mon ange, je ne serai pas auprès de toi, je ne serai pas là pour te dire : pense à moi ! Je veux que ce papier te le dise. Je voudrais que dans ces lettres tracées pour toi tu puisses trouver tout ce qu'il y a dans mes yeux, tout ce qu'il y a sur mes lèvres, tout ce qu'il y a dans mon coeur, tout ce qu'il y a dans ma présence quand je te dis : je t'aime ! - Je voudrais que cette lettre entrât dans ta pensée comme mon regard, comme mon souffle, comme le son de ma voix pour lui dire à cette charmante pensée que j'aime : n'oublie pas !


Tu es ma bien-aimée, ma Juliette, ma joie, mon amour, depuis trois ans bientôt !


Ecris-moi quand je ne suis pas là, parle moi quand je suis là, aime-moi toujours !


Il est deux heures du matin, j'ai interrompu mon travail pour t'écrire. Je vais le reprendre. C'est que j'avais besoin de te parler, de t'écrire, de m'adresser à toi, de baiser en idée tes beaux yeux endormis, de te faire ma prière ! C'est que j'avais besoin de reposer mon esprit sur ton image et mes yeux sur un papier que tu verras !


Dors bien. J'espère t'aller voir dès que j'aurai fini dans quelques heures. Il me semble que c'est bien long. Quelques heures ! ce sera bien court quand je serai près de toi.


Vois-tu, ma Juju, ils ont encore été bien beaux ces jours d'automne mêlés de pluie et de vent dont nous allons sortir. Ne nous plaignons pas de cette année. Elle a été bonne, radieuse et douce. Je pense seulement avec tristesse que tu as eu tes pauvres pieds mouillés et froids.


Tu es une noble créature aimante dévouée et fidèle. Je t'aime plus que je ne puis le dire. Je voudrais baiser tes pieds. Je veux que tu penses à moi.

 

A bientôt. T'aimer, c'est vivre.

 

Victor Hugo

 

 

 

 

 

Posté par Dejla Abdelhamid, le 01/01/2011

 

 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

FOUZIA 01/01/2011 13:31



Hugo trouve auprès de Juliette une tendresse qui malgré beaucoup d'éclipses ne cessera jusqu'à sa mort.


Cette lettre permet d'anticiper sur le futur des retrouvailles mais aussi de retourner sur un passé commun pour effacer la sensation de manque.


 


FOUZIA



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents