Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Le doublement des consonnes

Publié par Fawzi Demmane sur 11 Juin 2011, 21:39pm

Catégories : #Orthographe

 

 

 

Le doublement des consonnes

 

En règle générale, une consonne n'est jamais doublée après une autre consonne...

 

Exception : imparfait du subjonctif des verbes tenir, venir, et de leurs dérivés

-      que je tinsse, que je vinsse...


... ou après une voyelle surmontée d'un accent.

 

Doublement du b

Le b n'est généralement pas doublé sauf dans :

-      abbé, gibbon, gibbosité, rabbin, sabbat et leurs dérivés.

 

Doublement du c

a) Au début d'un mot

* mots commençant par « ac », le c est généralement doublé :

-      accabler, accalmie, accaparer...

 

Principales exceptions où la syllabe « ac » conserve la prononciation « ak » :

-      acabit, acacia, académie, acajou, acanthe, acariâtre, acolyte, acompte, aconit, acoustique, acuité...

et la plupart des mots où « ac » est suivi d'une consonne :

-      acné, acrobate, acteur...

 

On notera cependant :

-      acclamer, acclimater et leurs dérivés,

-      accréditifs, accroc, accroître, s'accroupir et leurs dérivés.

 

* mots commençant par « ec » et « ic », le c n'est pas doublé sauf dans :

-      ecchymose, ecclésiastique

 

* mots commençant par « oc », le c est généralement doublé :

-      occasion, occident, occire...

 

Exceptions

-      ocarina, océan, ocelle, ocelot, ocre, oculaire et leurs dérivés,

-      de même, les mots commençant par « oct ».

 

b) À l'intérieur d'un mot

le c est souvent doublé en particulier après les syllabes « bac », « rac », « sac », « suc »...

-      baccalauréat, raccroc, saccharose, succès, succinct...

 

mais

-      bâcler, bactérie, racaille, racoler, raconter, sacoche, sacre, sucre, sucer et leurs dérivés.

 

Doublement du d

Le d n'est généralement pas doublé sauf dans:

-      addiction, addition, adduction, bouddha et leurs dérivés.


Doublement du f

a) Au début d'un mot

commençant par « af », « ef », « of », le f est généralement doublé :

-      affranchir, efficace, office...

Exceptions : afin, Afrique et ses dérivés.

b) À l'intérieur d'un mot

le f est souvent doublé :

-      taffetas, échauffourée, souffler, siffler, buffet...

Exceptions

* son « af »

-      agrafe, bafouer, bâfrer, carafe, échafaud, érafler, girafe, rafale, rafistoler, rafler, rafraîchir, trafic...

* son « if »

-      bifide, bifurquer, fifre, persifler, crucifix, gifler, mammifère, ombellifère...

* son « ouf »

-      soufre, boursoufler, moufle, camouflet, emmitoufler, pantoufle, maroufler...

* son « uf »

-      mufle, muflier, tartufe, génuflexion, manufacture, usufruit...


Doublement du g

Le g n'est généralement pas doublé, sauf dans:

-      aggraver, agglomérer, agglutiner, suggérer, toboggan, loggia...


Doublement du l

a) Au début d'un mot

* « al », pas de règle générale.

* « el », le l n'est pas doublé, sauf dans :

- ellipse, ellébore et leurs dérivés.

* « il », le l est doublé, sauf dans :

-      iléon, île, ilote et leurs dérivés.

* « ol » et « ul », le l n'est généralement pas doublé (exceptions négligeables).

b) À l'intérieur d'un mot : pas de règle générale.

Rappelons que le l est souvent doublé lorsque l'on veut obtenir le son « è » ouvert:

-      mamelon, mamelle

-      nous appelons, j'appelle

-      imbécile, imbécillité...


Doublement du m

a) Au début d'un mot

* « am », le m n'est pas doublé :

-      amabilité, amitié...

Exceptions : ammoniac et ses dérivés.

* « em », le m n'est pas doublé, il est alors suivi d'une autre consonne (ou bien le e qui le précède prend un accent aigu) :

-      empereur, embarras, émoi, émission...

Exceptions

-      emmagasiner, emmaillotter, emmancher, emmêler, emménager, emmener, emmenthal, emmieller, emmitoufler, emmurer et leurs dérivés.

* « im », le m est généralement doublé :

-      immédiat, imminent...

Exceptions : image, imaginer, imiter et leurs dérivés.

* « om », le m n'est jamais doublé :

-      omission, omelette...

b) À l'intérieur d'un mot

pas de règle générale. On retiendra cependant :

* le doublement dans les mots commençant par « com » :

-      commémorer, communion...

Exceptions

-      coma, comédie, comestible, comète, comice, comité et leurs dérivés.

* le doublement dans les mots commençant par « mam » :

-      mammifère...

Exceptions : maman, mamelle, mamelon

* le doublement dans « em » :

-      femme, gemme, dilemme, flemme...

mais

-      barème, crème, stratagème, théorème, baptême, carême...

* le doublement dans « som » :

-      sommet...

Exceptions : somatique et les mots de la même famille.

* le non-doublement dans « dom » :

-      domicile...

Exceptions : dommage et ses dérivés.

* le non-doublement dans « hom » :

-      homicide, bonhomie...

Exceptions : homme, hommage, bonhomme...


Doublement du n

a) Au début d'un mot

le n n'est généralement pas doublé dans les mots commençant par :

* « an » : animal...

Exceptions

-      année, anneau, annexe, annihiler, annoncer, annoter, annuaire, annulaire et leurs dérivés.

* « en » : énorme, enivrer...

Exceptions

-      enneiger, ennemi, ennoblir, ennui et leurs dérivés.

* « in » : inouï...

Exceptions

-      inné, innerver, innocent, innocuité, innombrable, innommable, innover et leurs dérivés.

-      voir également le préfixe privatif « in »

* « on » et « un » : onagre, uniforme...

b) À l'intérieur d'un mot

pas de règle générale. On peut noter cependant :

* verbes en « onner » :

Lorsqu'un verbe est formé à partir d'un substantif en « on », le verbe en « onner » prend deux n :

-      bourdon, bourdonner

-      prison, emprisonner...

Exceptions : poumon, s'époumoner...

Lorsque le verbe est formé à partir d'un autre mot, il prend ou non deux n :

-      téléphoner, couronner, plafonner...

On fera la distinction entre détoner (exploser) et détonner (sortir du ton) et on notera l'accent circonflexe de prôner et de détrôner.

* mots en « onniste » et « onnisme » :

Ces mots prennent généralement deux n s'ils viennent d'un mot en « sion » ou « tion » :

-      illusion, illusionniste

-      abstention, abstentionniste

-      déviation, déviationniste

un seul n dans le cas contraire :

-      daltonisme, synchronisme...

* mots en « onal » :

Ces mots s'écrivent avec un seul :

-      national...

sauf : confessionnal ; on notera aussi automnal.

* mots en « onnel » et « onnellement » :

Ces mots s'écrivent avec deux n :

-      rationnel, exceptionnel, personnel...

-      rationnellement, exceptionnellement, personnellement...

sauf : colonel.

* mots en « onalisme », « onaliste », « onalité », « onaliser » et « onalisation » :

Ces mots s'écrivent avec un seul n :

-      nationalisme, nationalité, nationaliser, nationalisation,

-      rationalisme, rationalité, rationaliser, rationalisation,

mais

-      personnalité, personnaliser...

-      insitutionnaliser, institutionnalisation...

Autres particularités du doublement du n :

Noter l'orthographe de :

-      colonne et colonel

-      consonne et consonance

-      résonner et résonance

-      donner et donation

-      sonner et sonore

-      coordonner et coordination

-      ennoblir et anoblir

-      honneur et honorer

-      millionnaire et millionième

-      tonner et détoner...


Doublement du p

a) Au début d'un mot

le p n'est généralement doublé que dans les mots commençant par « ap » :

-      appauvrir...

Exceptions

-      apercevoir, apaiser, aplanir, aplatir, apitoyer, apostropher, apurer,

-      apache, apanage, aparté, apathie, apatride, apéritif, apesanteur, apeurer, aphone, api, apiculture, aplomb, apogée, apoplexie, apostasier, apostat, apostiller, apostrophe, apothéose, âpre, apte et leurs dérivés.

Dans les mots commençant par « ép », « ip », « op », le p n'est pas doublé :

-      épingle, ipéca, opinion...

Exceptions

-      opportun, opposer, oppresser, opprimer, opprobre, uppercut...

b) À l'intérieur d'un mot

pas de règle générale. On peut noter que le p n'est généralement pas doublé dans les finales en « upe », « oupe », « ope », « ape », « aper », « oper »...

-      jupe, coupe, occuper, antilope, télescoper, attraper...

Exceptions

-      huppe, houppe, enveloppe, échoppe, chopper, échapper, happer, japper, frapper, nappe, grappe, trappe et leurs dérivés.


Doublement du r

a) Au début d'un mot

le r n'est jamais doublé dans les mots commençant par « or » et « ur » :

-      origine, urée...

il n'est généralement pas doublé dans les mots commençant par « ar » et « er » :

-      arabe, érable...

Exceptions

-      arracher, arraisonner, arranger, arrêt, arrhes, arrière, arrimer, arriver, arroger, arrogant, arrondir, arroser et leurs dérivés.

-      errement, errer et les mots de la même famille.

Le r est généralement doublé dans les mots commençant par « ir » :

-      irriter, irréel...

-      voir également le préfixe privatif « in »

Exceptions

-      ire, irascible, iranien, iris, ironie, iroquois et leurs dérivés.

b) À l'intérieur d'un mot

pas de règle générale. En ce qui concerne les finales « are », « aire », « eure », « ore », « ire », « oire », « oure », « yre », le r n'est généralement pas doublé :

-      gare, affaire, demeure, aurore, lire, grimoire, bravoure, lyre...

Exceptions

-      amarre, bagarre, barre, escarre, jarre, tintamarre, bécarre, beurre, leurre, bourre, courre et leurs dérivés.


Doublement du s

Le doublement du s répond à la nécessité d'obtenir le son s dur, alors que le s non doublé entre deux voyelles prend le son ze.


Doublement du t

a) Au début d'un mot

le t n'est pas doublé dans les mots commençant par « et », « it », « ot » et « ut » :

-      état, italien, otite, utile...

Exception : ottoman.

Le t est souvent doublé dans les mots commençant par « at » :

-      attendre, attrister...

Exceptions

-      atavisme, atèle, atelier, atermoyer, athée, athlète, atlantique, atlas, atmosphère, atome, atone, atours, atout, atrabilaire, âtre, atroce, atrophie et leurs dérivés.

b) À l'intérieur d'un mot

pas de règle générale. Comme pour le l, on double souvent le t pour obtenir le son « è » ouvert :

-      jeter, je jette

-      charretier, charrette

En ce qui concerne la plupart des finales « ate », « athe », « atre », « ante », « anthe », « aite », « ente », « enthe », « ite », « itre », « yte », « ytre », « inte », « inthe », « ute »... le t est rarement doublé :

-      rate, allopathie, théâtre, soixante, acanthe...

Exceptions

-      natte, latte, chatte, baratte, blatte, batte, datte, jatte, patte, battre, quitte, butte, hutte, lutte et leurs dérivés.

En ce qui concerne les finales en « ote » et « ete », on trouve autant de mots avec deux t qu'avec un seul :

-      ablette, alouette, biscotte, carotte,

-      arbalète, requête, note, hôte...

Verbes en « oter » :

Ces verbes s'écrivent généralement avec un seul t. Font exception :

* les verbes dérivés d'un nom féminin en « otte » :

-      botter, carotter, crotter, culotter, flotter...

* les cinq verbes suivants :

-      ballotter, frisotter, frotter, garrotter et grelotter.

 

 

 

 

Posté par Fouzia, le 11/06/2011

 

 

 


 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents