Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


La solitude

Publié par Fawzi Demmane sur 15 Avril 2011, 17:31pm

Catégories : #A vos plumes !

 

http://82.img.v4.skyrock.net/82f/pretty-girl-sara/pics/2335340587_1.jpg

 

 

 

La solitude devient pour moi un moment privilégié, le moment de l’autocritique, de la reconsidération de toute ma vie, de la reconstitution de mon être. Mais c’est surtout un moment de création (ces derniers jours j’éprouve un certain plaisir à prononcer ce mot et à y penser).La création des mots, l’accouchement de certaines réflexions lyrique ou objectives.

Toutefois cet enfantement se fait dans la joie, les contractions me procurent du plaisir. La naissance qui se prépare m’offre des moments de pure harmonie, de paix, de sérénité, d’euphorie. La naissance est ma renaissance. Je suis la mère et le nouveau-né, j’éprouve les sensations de l’une et de l’autre.

 

A chaque fois que j’écris, je me sens dans un nouveau monde dont j’apprends petit à petit le langage. Je suis une enfant éternelle qui a besoin de renaitre chaque jour, je ne veux pas grandir, ce seul fait arrête paradoxalement ma croissance et tue ma pensée. Les gens me reprochent mon isolement, mais je m’y plais parfaitement, je me retrouve dans cette auto-exclusion du monde extérieur.


Il m’arrive souvent d’en souffrir, mais rien ne peut égaler la jouissance que j’éprouve quand je me retrouve seule. Cet instant me fait oublier toutes mes peines en me rappelant toutes mes souffrances. C’est un paradoxe que ne peut comprendre que les adeptes de la solitude. Ce sont des moments intenses : ceux que je passe seule.


Le temps s’écoule, on regrette chaque minute parce qu’on sait que les instants suivent un decrescendo fatal, douloureux. On s’apprête à la séparation, on regrette déjà le temps qui n’est pas encore mort. On assiste amèrement à son agonie, on ressent les mêmes déceptions que ces euphories mourantes. On se sent soi-même agonisant. On étouffe à l’idée qu’on ne va plus vivre ces moments révolus et qu’on n’aura pas l’occasion de vivre autant d’autres…


 

 

Posté par Une enseignante, le 14/04/2011

 

 

 


Commenter cet article

Naïma Habchi 28/03/2015 15:23

La solitude peut paradoxalement être un bon compagnon de route et de bon conseil.

Ame secrète 17/04/2011 21:24



bonsoir


"La solitude devient pour moi un moment privilégié""Il m’arrive souvent d’en souffrir, mais rien ne peut égaler la jouissance que j’éprouve quand je me retrouve seule. Cet instant me
fait oublier toutes mes peines en me rappelant toutes mes souffrances.""mais je m’y plais parfaitement, je me retrouve dans cette auto-exclusion du monde extérieur. ""On étouffe à l’idée qu’on ne
va plus vivre ces moments révolus et qu’on n’aura pas l’occasion de vivre autant d’autres… ".J'ai l'impression de lire la prospérité de l'ère de la solitude . Mon expérience est un peu différente
au début la solitude était redoutée , j'avais peur d'être seule et à force de côtoyer la solitude elle devient amie on n'a plus peur d'elle alors qu'elle était redoutée tel un gouffre. Je l'ai
apprivoisée m'a- t- elle apprivoisée ?je ne sais plus rien  puisque nous sommes amies !Mais il m'arrive de m'insurger , ces moments de révolte sont pénibles c'est  la prise de
conscience d'ETRE SEULE mais je n'y peux rien c'est plus fort que moi . Cette révolte s'accentue pendant les moments de grandes joies ...J'ai l'habitude de la solitude je vis
avec  mais je ne l'aime pas  .


 



ouazib-louardi 17/04/2011 00:52






Bonsoir fawzi,


La solitutde, l'éloignement , la méditation, le replis sur soit sont des paramètres qui permettent aux humains de chercher au plus profond d'eux même jusque dans leurs entrailles afin d'y
sortir ce qui durant un temps les a complètement déstabilisé, il faut passer par cette phase afin de se reconstruire .
Certains vivent une grande solitude permanente, ils ne trouvent pas "la sortie" du labyrinthe , d'autres vont au contraire la rechercher parce qu'ils savent que pour se libérer il faut en
passer par là.


Les coups sont parfois durs, on a le sentiment de ne plus réussir à faire surface puis en entrant peu à peu dans l'isolement le mécanisme se met calmement en marche.


Aucun d'entre nous n'a envie de souffrir pourtant  !


Pas une épreuve n'est infranchissable à condition de le vouloir.


Bonne soirée bon courage à toi mon ami.






Lamine Adel 16/04/2011 00:35



Le plus beau paradoxe qu'on peut vivre est ce moment de vérité et de sincérité chaque fois qu'on besoin de se parler et de
s'écouter de se juger et se conseiller...


Courage c'est dur mais c'est utile pour redemarrer ....



Majdouline Borchani 15/04/2011 21:38



Milan Kundera, écrivain de langue tchèque et française, disait: " Etre courageux dans l'isolement, sans témoins, sans l'assentiment des autres, face à face avec soi-meme, cela requiert une grande
fiérté et beaucoup de courage."



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents