Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bon usage

Le bon usage

Mon blog est consacré essentiellement au bon usage de la langue française. Il est donc, spécialement conçu et destiné aux collégiens,lycéens, étudiants,et notamment aux amoureux de la langue de Molière.


Un automne

Publié par Fawzi Demmane sur 12 Avril 2011, 22:40pm

Catégories : #A vos plumes !

 

http://www.photolim87.com/IMG/jpg/Le_bout_du_tunnel_2.jpg

 

..Parfois il entrouvrait les yeux et me regardait longuement. Ses yeux me traversaient comme s'ils fixaient des visages et des reflets loin derrière moi, comme s'ils tentaient de déchiffrer, de "lire" les temps qui allaient venir et qu'ils n'auraient pas le temps de voir. Comme s'il voulait savoir ce qu'il n'aurait pas le temps de vivre avec moi. Je lui souriais, massais ses chevilles doucement, j'effleurais cette peau tendue, blafarde, glaciale aussi tendrement que je le pouvais, aussi "indifféremment" que je le pouvais... comme si par je ne sais quel miracle, elle allait un jour, rosir, se tendre et se remplir de sang chaud et vivifiant. Je me bernais béatement, je me mettais dans un état soporifique et vaguement crétin pour me "sécuriser".


L'homme que j'aimais le plus au monde était là, allongé sous un masque à oxygène, les bras sous perfusion, un appareil gris et froid avec de "jolies lignes vertes et sonores" m'indiquaient qu'il était encore vivant.. Halleluia !!... on avait un sursis !!

 
Je nous revoyais sur la longue balançoire du jardin, les soirs d'été, ma tête sur ses genoux, fermant les yeux au son de sa voix... je le revoyais m'attendant à la sortie de mon travail, dans la voiture, avec des croissants chauds que nous mangions heureux comme des potaches à la sortie des cours. Lorsque je l'accompagnais dans les galas de la Rachidia ou ailleurs, il prenait mon bras et me présentait à ses amis, en me lançant un clin d'oeil :
- "Je vous présente la femme de ma vie !!".
Nous déambulions ensuite à travers les ruelles de La Médina qu'il connaissait si bien et qu'il m'apprit à aimer.
Il nous arrivait de discuter ferme pendant des heures, il argumentait, je renchérissais, il me répétait :
- "défends-toi !.. sois persuasive, défends tes idées comme tu défendrais ton bonheur, mais écoute.. saches écouter surtout !!... ne romps pas l'échange, apprends !"

 
Il rouvre les yeux, soudain, me fait signe de lui donner à boire. Je m'approche, je retire son masque, et avant de lui glisser une paille entre les lèvres, d'une voix inaudible, il prononce un mot que je perçoit parmi des milliers "ma chérie".
Un jour,il m'avait dit :
- "C'est mon mot !! ne laisse personne t’appeler ainsi... ou alors vraiment, si tu es sûre qu'il t'aimera autant que moi!!
- Tu peux en être sûre !!.. compte sur moi !!". J'avais souri, puis j'ai eu des larmes, ce jour-là.


Je sortais arpenter les couloirs de cette "unité de soins intensifs", comme ils disaient. Je me surprenais à sourire tristement à l'évocation de cette appellation. Cet euphémisme me paraissait grotesque!.. Tous ces lits étaient occupés par "des partants imminents" et les couloirs étaient peuplés "de candidats"aux tunnels visqueux et froids du désespoir.
Je retournais bien vite. Il rouvrait les yeux un court instant et repartait dans son monde, d'où pour la première fois il m'excluait.
Il savait comme personne entourer mes épaules et me serrer contre lui. Rien ne pouvait m'arriver alors!...Il pouvait demeurer des heures à m'écouter débiter mes bêtises, mes rêves, mes attentes..


Un jour, il me fit un cadeau inouï : La traversée de cinq pays en voiture en me faisant  ainsi découvrir des beautés magiques presque irréelles :
- Regarde, me disait-il, comme c'est beau... admire cette couleur du ciel, c'est le plus beau moment de la journée... Sens ces jasmins d'Egypte, ils sont les plus odorants du monde...regarde... admire... contemple... aime !!!".


Souvent, je n'avais nul besoin de parler.. Il décelait rapidement mes angoisses et mes chagrins. C'est avec lui que j'ai appris à bercer ceux que j'aimais et qui avaient des bleus à l’âme.

....Papa est parti un matin d'automne. Et moi je suis entrée dans le tunnel visqueux.

 

 

Posté par Dejla, le 12/04/2011

 

 

Commenter cet article

WISSAL B.O 14/04/2011 23:26



J’ai lu votre texte et je n'ai pas pu m'empêcher de vous dire ce que j'en ai pensé.

Sans exagération aucune, j'ai eu les larmes aux yeux, non pas à cause de la tristesse qui le peuplait, mais a cause de cet amour qui transperçait a chaque lettre. Tous ces moments que vous avez
vécus ensemble, tout ce savoir qu'il vous a transmis et ces instants de bonheurs inégalables !

je suis très maladroite quand il s'agit de parler a propos des gens qui ne font plus partie de ce bas monde , car être triste ou désolée pour quelqu'un ne remplacera pas la peine ou le souvenir
qu'il a de ce moment de douleur qu'est la séparation avec un être qu'on aime , je peux juste vous dire que lire ce texte de vous m'a chamboulée littéralement , et m'a émue , en me laissant une
envie de connaitre la même chose , et en me disant que votre père a été une personne formidable qui a su donner a sa fille tout l'amour , l'éducation et le savoir qu'il faut avoir pour survivre
sur terre.

je ne peux qu'être admirative, et Allah yar7mou....


 



beghadid aicha 14/04/2011 10:44



texte trés émouvant DEJLA , les mois les années passent rien ne pourra nous faire oublier l'amour d'un père ! j'en ai les larmes aux yeux!


merci FAWZI, de nous permettre de nous exprimer sur ton blog.



Fawzi Demmane 14/04/2011 10:46



Aicha, ma grande amie ; tu es toujours la bienvenue.



dejla 13/04/2011 23:53



Bonsoir,


votre interet,votre sollicitude trouvent en moi un écho ému et reconnaissant.Je vous en remercie beaucoup.


Papa était un etre d'une exceptionnelle bonté ,d'une merveilleuse disponibilité et d'une grande aptitude à l'amour et à la tolérance.Tout au long de sa vie,il m'inculqua ces valeurs, avec douceur
et patience et j'espere de tout mon coeur faire honneur à sa memoire, en tentant de les perpétrer auprès  de ceux qui m'entourent,sans faillir à la promesse que je lui ai faite d'etre
continuellement à l'écoute  de l'autre.Merci encore une fois.


@Fawzi..tes modifications ont été les bienvenues,je t'en suis reconnaissante.Merci à toi d'accepter mes contributions.  



Fawzi Demmane 14/04/2011 00:04



Je t'en prie ! Tout le plaisir et l'honneur sont pour moi de voir mon blog s'enrichir d'une plume aussi prestigieuse que la tienne.



Samia Lamine 13/04/2011 22:40



Bonsoir Fawzi. Je passe ce soir juste pour e saluer. Je reviendrai pour lire tes articles intéressants.


Bonne soirée.



Fawzi Demmane 13/04/2011 22:56



Samia , bonsoir : tu es toujours la bienvenue.... Merci beaucoup pour la visite : ça me fait chaud au coeur.



Ame secrète 13/04/2011 19:11



Bonjour Dejla


"Je me bernais béatement, je me mettais dans un état soporifique et vaguement crétin pour me "sécuriser".


"on avait un sursis !! "


"Papa est parti un matin d'automne"


Comment commenter ce texte Dejla ?? La mort elle seule fait les derniers commentaires .


Ces moments , ces souvenirs si lointains et si vivants à la fois procurent cette souffrance et cette sérénité à l'être en nous .


Mais s'il n y avait rien de beau entre vous -même, si les beaux moments n'avaient pas eu lieu entre vous -même, s'il n'y avait que cette choses entre
vous "C'est avec lui que j'ai appris à bercer ceux que j'aimais et qui avaient des bleus à l’âme." ça vous aurez suffit.


J'ai lu le texte une , deux , trois fois ... j'avais les larmes aux yeux parceque votre texte n'est pas des mots : c' est un geste d'amour envers votre père ALLAH YERHMOU et que vous partagez
avec nous merci merci du fond du coeur.


 



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents